brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Stobia : Un joueur local dans le marché de l’emballage alimentaire

 
25 janvier 2021 | Par Laurence-Michèle Dufour

Stobia, seul fabricant d’emballages alimentaires en aluminium au Québec, lançait en décembre dernier sa production. Destinée aux marchés de la transformation alimentaire, de la restauration et des épiciers du pays, la gamme de produits répond aux demandes plus standardisées comme à celles sur mesure. Cette entreprise manufacturière située à Jonquière s’est fixée comme objectif de sortir en 2021 une centaine de millions de contenants, mais sa capacité de production va bien au-delà de ce chiffre.

Fondée en 2019, l’entreprise bénéficie de l’expertise de ses quatre actionnaires, Roby Blackière et Jean-Christophe Côté, issus du secteur de l’aluminium, ainsi que les frères Jean-Samuel et William Allard, provenant du milieu de la distribution de l’emballage alimentaire. « Ce qui nous a motivés, c’est vraiment l’inconstance des prix et de la disponibilité des produits sur le marché, explique William Allard. Les besoins spécifiques des clients n’étaient pas pris en compte. »

Avec une demande pourtant en pleine croissance depuis quelques années, les entreprises étaient tributaires des fournisseurs étrangers qui, selon l’entrepreneur, ne possèdent pas les mêmes standards que le Québec. « L’importance de la présentation semble supérieure ici. Dans l’aluminium, un produit générique peut être excessivement laid, confie-t-il. En plus, on était contraints d’acheter de gros volumes qui ne permettaient pas d’avoir plusieurs variétés ou des produits personnalisés pour répondre aux besoins spécifiques des clients. »

Afin de pouvoir répondre à la demande, l’entreprise s’est dotée de deux lignes de production. La première, avec sa grande capacité, est dédiée à la fabrication de produits génériques. La seconde, possédant une grande polyvalence, est destinée aux solutions sur mesure. Pour la cuisine fine, par exemple, un client pourrait vouloir certaines caractéristiques permettant de réchauffer un filet mignon sans le faire saisir.

De l’aluminium qui va au micro-ondes ?

Bien que le développement d’un nouveau produit nécessite un processus d’encadrement pour son développement ainsi qu’une multitude de tests, William Allard ne souhaite pas que ces critères en influencent le prix. Il considère que ce sont ces requêtes spéciales qui contribuent à faire croître l’entreprise. « Ce qui va influencer le prix, c’est par exemple un contenant plus épais qui requiert plus de matière. On ne veut pas non plus avoir des prix qui fluctuent énormément selon le volume d’achat du client, parce que c’est un des problèmes du marché que l’on souhaite réparer », rassure-t-il.

Design, apparence, convivialité : le plastique, encore très populaire malgré tout, les demandes pour le remplacer de façon plus écologique sont nombreuses. Mais les gens souhaitent que la solution possède les mêmes caractéristiques afin de ne pas en complexifier l’utilisation pour le consommateur. Et donc, de l’aluminium qui irait au micro-ondes ?

« C’est un mythe ça, s’exclame aussitôt William Allard. Beaucoup de restos nous confient préférer le plastique pour que leur clientèle puissent réchauffer leur mets plus facilement, mais tous nos contenants vont au micro-ondes. Certains types d’alliage utilisés dans d’autres pays, il y a de cela plusieurs années, n’étaient pas compatibles et pouvaient provoquer des étincelles, et les gens sont restés sur cette idée. Mais les contenants fabriqués en Amérique du Nord ne sont pas à risque à cause de la diligence des autorités alimentaires canadiennes. »

(Crédit photo : Stobia)

Pour suivre Stobia :

Mots-clés: 02 Saguenay-Lac-Saint-Jean
Produits et accessoires
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).