Salué par l’Ordre des architectes, le William Gray traverse les époques

18 avril 2019 - Par Marie-Ève Garon

L’Ordre des architectes du Québec (OAQ) a dévoilé, le 5 avril dernier à la Société des arts technologiques de Montréal (SAT), les gagnants de ses 30e Prix d’excellence en architecture. Cette reconnaissance vise à mettre en valeur les réalisations exemplaires des architectes d’ici, édifiées au Québec et ailleurs dans le monde. Lors de l’événement, l’Hôtel William Gray a reçu les honneurs pour l’exceptionnelle mise en valeur du patrimoine réalisée par Béïque, Legault, Thuot Architectes en collaboration avec le promoteur de l’établissement hôtelier, le Groupe Antonopoulos. La signature visuelle a par ailleurs été assurée par Camdi Design.

Le jury, présidé par l’architecte néerlandais Robert-Jan Van Santen, a reconnu que ce projet, érigé sur un îlot historique du Vieux-Montréal, représentait un défi technique d’une rare complexité. « On nous a demandé d’étudier un site sur lequel il y avait trois structures d’intérêt patrimonial : la Maison William-Gray, la Maison Cherrier et une façade sur la Place Jacques-Cartier datant de 1987 avec laquelle nous avons dû composer, note Olivier Legault, architecte associé principal. Il y avait donc ces conditions préalables de conservation et même de restitution d’une certaine noblesse et il fallait trouver une façon de marier les éléments, somme toute disparates, à un ensemble hôtelier. »

Ce projet d’envergure a ainsi nécessité une grande collaboration entre les parties impliquées : ministère, Ville de Montréal, quartier historique du Vieux-Montréal, firme d’architectes, Groupe Antonopoulos … afin de respecter les exigences urbanistiques et patrimoniales et de conserver, autant que faire se peut, les traces du passé. « Parfois, c’est difficile voire impossible. Parfois, on doit procéder à des rénovations substantielles et, à d’autres moments, il faut carrément reconstruire », poursuit l’architecte.

L’esprit des lieux

L’imbrication entre l’ancien et une facture résolument contemporaine a permis de créer un produit singulier. « C’est ce qui a donné une saveur unique au projet puisqu’on retrouve des éléments qui ne sont pas nécessairement homogènes, mais qui en font un cadre bâti très riche et intéressant. » La pierre Saint-Marc, matériau local et historiquement utilisé dans les constructions du Vieux-Montréal, constitue l’un des éléments clés de l’insertion urbaine du projet. « Aujourd’hui, on exprime de façon très contemporaine des éléments qu’on ajoute et on tente de rénover le mieux possible les éléments à conserver. »

Pour Olivier Legault, cette réalisation n’aurait guère été possible sans une étroite collaboration avec la famille Antonopoulos, qui n’en était pas à ses premiers essais dans ce quartier historique de la métropole (Hôtel Place d’Armes, Auberge du Vieux-Port, Le Petit Hôtel, Hôtel Nelligan). Le Groupe possédait d’ailleurs une grande compréhension de son marché et de ce qui « instinctivement » pourrait plaire à sa clientèle. « Dans ce cas-ci, c’était vraiment un travail d’équipe parce qu’un des grands défis était de parfaire le programme avec les contraintes qu’on nous imposait, au fur et à mesure des difficultés qu’on rencontrait et selon les objectifs fixés au préalable. Par contre, je crois que c’est ce qui fait la spécificité de ce projet qui est vraiment bien lié à son milieu », mentionne-t-il en confiant que la grande qualité de cet hôtel-boutique est de pouvoir y découvrir des points de vue inédits, des courettes intérieures, un atrium central et l’agencement de toutes ses composantes particulières.

L’architecte reconnaît que le Groupe Antonopoulos a dû accepter la prise de risques que comporte cette opération commerciale avec une notion patrimoniale importante. « En fait, pour se lancer dans une telle aventure, il faut que le promoteur, ou le propriétaire, comprenne la valeur de ces éléments patrimoniaux et voit comment il peut en prendre avantage afin de les rendre accessibles et compréhensibles pour sa clientèle. Je n’aurais pas conseillé ce projet-là à un groupe qui se lance en affaires. Ça aurait été pas mal téméraire ! »

(Photos fournies par Hôtel William Gray)

Pour suivre Hôtel William Gray :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.