Résidences en pandémie (2/8) : « On s’attache aussi aux familles »

 
23 décembre 2020 | Par Marie Pâris

« Ça a commencé par une discussion dans un corridor avec la fille de l’une des résidentes, qui se demandait comment elle allait faire pour accompagner sa mère en fin de vie… », raconte doucement Julie Baillargeon, directrice des soins infirmiers aux Terrasses Dominicaines, à Trois-Rivières. Cette habitante de la résidence pour aînés allait mourir soit à l’hôpital, soit dans une maison de fin de vie. Sa fille avait passé quelques appels : impossible pour elle ou son père de pouvoir être avec elle dans ses derniers instants. « C’est inhumain de penser à ça, ajoute Julie. C’est ce cri du cœur qui a fait que j’ai décidé de prendre ça en charge pour ma résidente, et pour sa famille. Parce que oui, on s’attache aussi aux familles. »

Dans une telle situation, l’équipe est habituellement aidée de ses collègues des soins palliatifs et d’un médecin. Le résident en fin de vie est amené à la division des soins, où la famille peut venir. « Il n’y a pas d’heures de visite, on n’est pas un hôpital. Mais avec la COVID-19, on s’est adaptés en respectant les règles », explique Julie. Depuis mars, aucun visiteur n’est plus accepté. La directrice des soins infirmiers met alors en branle un plan pour permettre à sa résidente de passer sa fin de vie dans son appartement et accompagnée de son mari et de ses enfants, malgré la pandémie. Elle contacte donc le médecin de famille de sa résidente : « J’ai pu développer en une heure à peine un partenariat solide avec lui. On a multiplié les acrobaties et les prouesses pour réussir à tout arrimer. On s’est donné nos numéros de cellulaire et on a échangé sur la façon dont on voyait ça. »

Julie monte rapidement un plan de traitement et l’envoie au médecin, qui l’accepte et communique avec la pharmacie pour avoir une livraison rapide de médicament. L’infirmière est aussi en lien avec la fille de sa résidente pour permettre que tout soit mis en place le plus rapidement possible. Résultat : en une après-midi et une soirée, tout est réglé aussi bien sur le plan administratif que médical. L’équipe des Terrasses Dominicaines rallonge ses heures de travail pour s’assurer qu’il y ait quelqu’un en permanence avec la résidente. Si Julie veut que la famille puisse vivre cet événement le plus sereinement possible, elle veut aussi s’assurer de la protection de son personnel ; les enfants de la dame viennent en effet de Montréal, qui est déjà en zone rouge à cette époque. D’autant que les Terrasses Dominicaines ont la chance de ne compter aucun cas de COVID-19 parmi leurs habitants.

Un prix Engagement exceptionnel

« Tout seule, même si j’ai des idées et du bon vouloir, je n’arriverais à rien. J’ai besoin de mon équipe, qu’elle soit efficace et qu’elle ait le goût de s’impliquer autant que moi », souligne la directrice des soins infirmiers. Cette implication a d’ailleurs valu l’équipe de recevoir le prix Engagement exceptionnel – 99 unités et moins, reçu plutôt tôt ce mois-ci lors du gala du Regroupement Québécois des Résidences pour Aînés. Julie est très fière de partager ce prix avec son équipe, et d’autant plus dans un contexte où les Terrasses Dominicaines est en sous-effectif - il manquait deux employés avant la pandémie, trois pendant. « Malgré la COVID-19 et ce que ça implique de surcharge de travail, malgré le manque de personnel, etc., on a été capables de briller au niveau provincial. Ça témoigne beaucoup de la solidité de mon équipe et du désir qu’elles ont de toujours mieux faire leur travail. »

La résidente meurt finalement cinq jours plus tard. « Cette dame m’a fait l’immense cadeau de partir lorsque j’étais sur le plateau de travail. Sa fille m’a téléphonée pour me prévenir que ça s’en venait. Je me suis dépêchée de m’habiller et on a pu vivre ça tous ensemble, se souvient la directrice des soins infirmiers. Je pense que le plus beau cadeau qu’une infirmière puisse recevoir, c’est cet ultime don. »

(Crédit photo : Capture d’écran)

Pour suivre Les Terrasses Dominicaines :

Mots-clés: 04 Mauricie
Services institutionnels

À lire aussi !

© HRI 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).