brightness_4
 

Rendez-vous des institutions : Aliments du Québec remet ses premiers prix

 
23 mars 2023 | Par Sophie Poisson
Crédit photo: Jennifer Gagné (Les producteurs de pommes du Québec), Mathieu Gauthier (Aramark) et Julie Tremblay (CHU Sainte-Justine), entourés d’Isabelle Roy et de Mathilde Laroche-Bougie d’Aliments du Québec. Crédit photo : Charlotte B.-Domingue

Aliments du Québec a profité de la 3e édition du Rendez-vous des institutions organisée dans le cadre du programme Aliments du Québec au menu pour remettre trois nouveaux prix. L’après-midi, qui a rassemblé 120 participants, tant des institutions que des entreprises, a également été marqué par une conférence et un panel.

« On compte aujourd’hui 524 établissements institutionnels reconnus au programme, ce qui est une évolution significative, a souligné Mathilde Laroche-Bougie, gestionnaire du programme Aliments du Québec au menu. Ça a été aussi une année marquée par l’intérêt encore plus grand des entreprises pour le secteur des HRI. Parallèlement, les clients veulent de plus en plus savoir d’où viennent les aliments. » Elle a également annoncé la cinquième édition Les institutions mangent local ! du 25 septembre au 1er octobre.

Le Rendez-vous des institutions a pour la première fois donné lieu à une remise de prix. Le Prix du plus grand nombre de recettes locales a été donné au gestionnaire de services alimentaires Aramark, qui a rejoint le programme en 2018. Via les 81 établissements qu’il approvisionne, il a proposé 460 recettes reconnues. Si pour obtenir la reconnaissance, un plat doit être composé d’au moins 50 % d’ingrédients québécois, la moyenne chez Aramark est de 77 %.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Le CHU Sainte-Justine, qui est membre du programme depuis 2017, a remporté le Prix de la plus grande augmentation en approvisionnement local. Il a atteint 63 % d’approvisionnement local en 2022 alors que le chiffre s’élevait à 45 % il y a cinq ans. « Ce prix reconnaît l’ingéniosité, l’implication et l’engagement du personnel de cette institution à favoriser des ingrédients locaux au sein des menus de ses patients et employés, a rapporté Aliments du Québec dans un communiqué. [Sa réussite est attribuée] à sa collaboration continue avec les fournisseurs et producteurs du Québec de même que sa créativité à incorporer plus d’aliments locaux. »

Pour remettre le Prix coup de cœur s’adressant au milieu des HRI, une sélection a été d’abord été faites en fonction des listes d’achat des institutions. Les membres et partenaires ont ensuite voté parmi les neuf entreprises et ce sont les Producteurs de pommes du Québec qui se sont démarqués avec Pompouce – des petites pommes destinées aux petites mains. Ils revalorisent les pommes de petits calibres destinées à la consommation à l’état frais, principalement par les tout-petits, via les CPE et en boîtes à lunch. « Il y a plusieurs défis et enjeux pour la pomiculture, principalement de faire connaître que la Granny Smith n’est pas produite au Québec et ne le sera jamais, il faut donc qu’on la remplace dans les institutions », a fait savoir Jennifer Gagné, conseillère au développement et à la recherche.

Le programme Aliments du Québec au menu s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale d’achat d’aliments québécois (SNAAQ) annoncée en 2020 par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Cette stratégie a pour but d’augmenter la part des aliments locaux achetés par les institutions publiques québécoises d’ici 2025.

À l’écoute des besoins des institutions

La conférencière Florence-Léa Siry a partagé des outils pour aider les institutions à lutter contre la lutte au gaspillage alimentaire, tout en améliorant leur efficacité et leurs profits. Le panel a par la suite réuni des experts sur le thème Répondre aux besoins en institution : Sophie Vincent du Centre HUMAMI, filiale de Cintech agroalimentaire, Jonathan Lacroix de Industrie Gastronomique Cascajares - qui a fait partie de la première cohorte du Centre HUMAMI - et Claudine Dessureault du Club des petits déjeuners. Ils se sont notamment exprimés sur les difficultés rencontrées en lien avec l’approvisionnement local, les fiertés développées à travers cette mission et leurs projets.

Le Centre HUMAMI est le premier centre d’expertise en sensoriel au Canada destiné autant à l’industrie qu’au grand public. Son approche collaborative place les consommateurs, les entreprises et les communautés au cœur des enjeux, des projets et des solutions pour maximiser les chances de succès et de retombées des projets et des initiatives. Le sensoriel rallie tout autant la recherche consommateurs, les experts en analyse descriptive, les mesures physico-chimiques, la nutrition que l’éducation et la sensibilisation à la littératie alimentaire, économique ou environnementale. Lors de la rencontre, Sophie Vincent a fait savoir que la deuxième cohorte avant même que la première se termine et une troisième d’ici fin juin afin d’accompagner 30 entreprises.

À lire aussi : La SNAAQ atteint-elle ses objectifs ?

Mots-clés: Québec (province)
Événement
Distinctions
Services institutionnels

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).