Relance tourisme et hôtellerie : L’industrie, plutôt déçue, regrette la formule de prêts

 
12 juin 2020

Les mesures annoncées et détaillées ce jeudi par le gouvernement du Québec et visant à soutenir l’industrie touristique, et en particulier le volet hôtelier, ont été assez tièdement accueillies par les principaux acteurs concernés.

Dans un communiqué, l’Association Hôtellerie Québec, par la voix de son président Xavier Gret, indique prendre acte de ces mesures, mais qu’elles ne constituent qu’« un premier pas dans la bonne direction ». « Certaines d’entre-elles sont intéressantes, comme l’idée de stimuler la demande intra-Québec [...], reconnaît l’organisation. Malgré l’importance des chiffres annoncés, nous gardons des inquiétudes puisque la problématique principale de nos opérateurs demeure celle des liquidités à court terme. Il faut décortiquer les véritables montants qui resteront. La formule de prêt ne pourra à elle seule combler les répercussions financières vécues dans notre milieu de l’hébergement touristique. D’autant plus que, si le passé est garant de l’avenir, l’obtention de tels prêts gouvernementaux peut s’avérer longue et parfois complexe. Plusieurs mesures d’aides économiques arrivent à leur fin, et les propriétaires d’établissements hébergement devront commencer à payer leurs comptes. Nous aurions souhaité plus de compréhension quant aux défis financiers. »

« Plusieurs détails nous manquent encore toutefois avant d’évaluer la qualité des mesures d’aide à nos entreprises. Alors en résumé, c’est une excellente annonce politique, mais seul le temps nous dira si c’est aussi une bonne annonce économique », de conclure Xavier Gret.

En entrevue hier soir sur les ondes de RDI Économie, Christiane Germain, coprésidente du Groupe Germain Hôtels, a estimé qu’il y avait là « de belles nouvelles et de moins belles nouvelles ». « Est-ce que les solutions proposées sont celles que nous souhaitions entièrement ? Possiblement que non ! » Si elle accueille avec le sourire les mesures incitatives visant à privilégier les voyages à l’intérieur des frontières provinciales, Christiane Germain note qu’opter pour des prêts plutôt que des subventions n’était pas une demande de l’industrie. « Des prêts, on en a déjà pas mal... »

Pour la dirigeante, notre industrie n’est « pas habituée à demander aux gouvernements de l’aide financière, c’est plutôt une industrie qui, à l’inverse, génère des recettes fiscales importantes. On se serait attendus à des aides financières plus directes. »

La métropole boudée ?

Dans les rangs de l’Association des Hôtels du Grand-Montréal, on parle également « d’un premier pas », mais on précise immédiatement que « cette vague de mesures ne témoigne pas de la gravité des impacts pour la région montréalaise ».

« L’aide annoncée permettra certainement aux établissements hôteliers montréalais, pour la plupart iconiques et historiques, d’éviter une fermeture imminente. Mais pour combien de temps ? Ces établissements sont d’autant plus affectés puisque leur modèle d’affaires repose en grande partie sur les voyageurs hors Québec. Nous entendons donc poursuivre le travail avec tous les paliers de gouvernement afin d’assurer la survie et éventuellement la relance de ce secteur d’activités incontournable de l’économie québécoise », a pour sa part indiqué Eve Paré, présidente-directrice générale de l’AHGM. Cette dernière craint que les mesures incitant les Québécois à visiter la province aient pour conséquence que ceux-ci boudent la métropole.

Enfin, cité par La Presse, le président-directeur général de Tourisme Montréal, Yves Lalumière, souligne quant à lui que « la bonne nouvelle est pour les consommateurs québécois », qui pourront bénéficier de forfaits, de rabais et de programmes.

(Avec communiqués et médias. Crédit photo : pixabay)

Mots-clés: Québec (province)
Communiqués
Revue de presse
Hôtellerie

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).