brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Recrutement à l’ITHQ : « On essaie de mettre en valeur le tourisme de demain »

 
20 janvier 2021 | Par Marie Pâris

L’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) lance une campagne de recrutement pour ses futurs étudiants en tourisme, hôtellerie et restauration, qui se tiendra jusqu’au 1er mars, date limite pour les demandes d’admission à la session d’automne pour l’ensemble des formations professionnelles, techniques et universitaires. Un recrutement un peu particulier en ces temps de pandémie, qui s’articule autour d’un thème central : réinventer l’industrie de demain. Mais comment recruter des étudiants alors que ces secteurs sont parmi les plus sinistrés par la crise ? On s’est entretenu à ce sujet avec la directrice générale de l’ITHQ, l’honorable Liza Frulla.

HRImag : Comment ont évolué les inscriptions à l’ITHQ depuis le début de la pandémie ?

Liza Frulla : Jusqu’à maintenant, et on se croise les doigts, on n’a vu qu’une diminution d’environ 5 % en gestion de tourisme. Mais nos chiffres ont été stables, comparativement aux grandes écoles hôtelières dans le monde où il y a eu une diminution importante - de 20 à 25 % dans certaines grandes écoles européennes.

Comment voyez-vous l’avenir de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme ?

Toutes nos indications pointent vers une situation de forte reprise en tourisme une fois la pandémie derrière nous. On devrait dépasser 2019, qui était une année record. On sait qu’il va y avoir une grosse demande de main d’œuvre au niveau professionnel, collégial et universitaire, car il y avait déjà une pénurie en 2019. Et il ne s’agit pas juste de main d’œuvre au niveau technique, mais aussi au niveau des gestionnaires ; ils vieillissent et il va y avoir une demande de relève. Et certains disent qu’on pourra se tourner vers l’étranger pour recruter, mais il y aura un problème de main d’œuvre ailleurs aussi ! Bref, il y a un appel pour l’accueil.

Mais il faut passer au travers de la situation actuelle…

72 % des gens qui travaillent en tourisme actuellement veulent une aide pour se perfectionner dans leur domaine, selon les données du CQRHT. Ils voient dans le ralentissement économique actuel une occasion de se former et de se spécialiser, pour participer avec encore plus d’assurance au redémarrage de nos secteurs. Ils veulent y rester, et non pas être requalifiés dans d’autres domaines comme le propose le gouvernement.

On parle d’un retour à la normal pour 2023-2025. L’avantage, c’est que quand nos nouveaux étudiants vont graduer, on va être en pleine reprise. C’est pour ça qu’on parle de repenser le tourisme - je suis presque rendue au tourisme 4.0 là, à force de le repenser ! -, car ça va prendre des gens formés et polyvalents. Quand les activités liées aux secteurs de l’accueil reprendront à plein régime, on sera à la recherche sur le terrain de gens formés, qui sauront mettre leur énergie et leur créativité au service d’un tourisme repensé, amélioré, durable et sécuritaire.

Comment allez-vous chercher les futurs étudiants ?

On va tenir des portes ouvertes virtuelles le 6 février prochain. Cet événement est habituellement extraordinaire, avec plein de surprises… On va essayer de recréer en virtuel une partie de l’atmosphère de nos portes ouvertes en personne. Les intéressés pourront découvrir les programmes et installations de l’ITHQ et échanger avec les professeurs et les étudiants.

On parle aux étudiants, mais il faut aussi parler aux parents : la plupart ne connaissent pas le domaine du tourisme et se demandent s’il y a vraiment de l’avenir. Le jeune a une passion pour le secteur, mais ses parents vont regarder la situation actuelle... On essaie donc de mettre en valeur ce qui va se passer demain en tourisme. On veut donner des perspectives d’avenir au niveau des possibilités de travail, mais aussi en termes d’accomplissement personnel et de formation. On travaille sur la possibilité de continuer à grandir.

Quel impact va avoir la pandémie sur le contenu des formations ?

On veut adapter notre enseignement à ce qui s’en vient. On sait que les nouvelles technologies et l’intelligence artificielle entrent dans les hôtels ; mais ce que la technologie ne remplace pas, ce sont les employés avec tout le savoir-être pour accueillir le touriste. Le contact humain en tourisme est fondamental, et on travaille donc beaucoup sur ce savoir-être.

Tout ce qui tourne autour des mesures de santé et de salubrité va aussi prendre une importance capitale, pour comprendre le contexte sanitaire et bien opérer les outils. J’entends dire parfois « les gens de l’entretien, on va les former sur le tas » ; ça me fait dresser les cheveux sur la tête. On ne peut plus se permettre ça aujourd’hui. Il ne s’agit pas juste de poser des gestes mécaniques, il faut avoir des gens formés qui comprennent ce qu’ils font et pourquoi ils le font.

On a aussi eu la chance dans cette malchance générale d’avoir lancé des rénovations majeures au niveau de notre hôtel avant la pandémie, grâce à des subventions. Il est maintenant vraiment refait à neuf et devrait rouvrir en septembre. Ça va nous faire un équipement de fine pointe pour les étudiants !

(Crédit photo : ITHQ)

Pour suivre l’ITHQ :

Mots-clés: 06 Montréal
Entrevue
Formation
Professions / Emplois
Écoles
Tourisme
HRI - Général
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).