Québec donne son feu vert à une reprise « complète » de la restauration

 
8 juin 2020 | Par Pierre-Alain Belpaire, Marie-Ève Garon

Dans un point presse très attendu par l’ensemble de l’industrie (les principaux responsables des associations professionnelles avaient d’ailleurs fait le déplacement à Québec), le gouvernement Legault, par la voix des ministres André Lamontagne (Agriculture, Pêcheries, Alimentation) et Jean Boulet (Travail, Emploi, Solidarité sociale), a dévoilé ce lundi le calendrier et les mesures sanitaires entourant la réouverture des salles à manger et des terrasses.

Le gouvernement a annoncé une « reprise complète des activités de restauration avec la possibilité de manger un repas sur place partout au Québec. Pour les entreprises à l’extérieur de la communauté métropolitaine de Montréal, à l’extérieur de la MRC de Joliette et à l’extérieur de la ville de L’Épiphanie, cette réouverture pourra s’effectuer à compter du 15 juin. Pour les territoires mentionnés, les restaurants pourront ouvrir à compter du 22 juin », a indiqué André Lamontagne, parlant d’une annonce attendue par l’industrie.

« Les bars qui détiennent un permis MAPAQ pourront également ouvrir selon le même calendrier », notait l’ARQ. Aucune date de réouverture n’a par contre été annoncée ce lundi pour le reste de l’industrie des bars. « On est extrêmement sensibles à l’activité qui se déroule de façon constante dans les bars au Québec, s’est défendu Jean Boulet, c’est un secteur qui nous préoccupe mais il y a des enjeux sanitaires qui sont différents. La proximité entre les personnes n’est pas la même que pour les activités de restauration. [...] Il y aura des annonces qui pourront être faites en temps opportun. »

Enfin, dans les centres commerciaux qui sont autorisés à ouvrir, les aires communes de restauration pourront être utilisées par la clientèle dans la mesure où elles ont été aménagées conformément aux conditions prévues par les autorités de la santé publique, précisait par la suite un communiqué du gouvernement.

Assouplissement annoncé

La pandémie va évidemment amener professionnels et consommateurs à modifier leurs habitudes, a indiqué le ministre André Lamontagne, et ce, dans un seul but : « assurer la santé et la sécurité des travailleurs et des clients ». Le 2 mètres de distanciation devra ainsi être respecté, à moins qu’il ne s’agisse d’occupants d’une même résidence privée ou qu’une barrière physique permettant de limiter la contagion ne les sépare. « Les clients devront aussi jouer leur rôle, ils seront soumis aux mêmes règles qui prévalent pour les rassemblements intérieurs. »

Évoquant des balises sanitaires « réalistes et adaptées » à l’industrie, André Lamontagne assure qu’elles ont été conçues en collaboration avec les associations de restaurateurs, les chaînes de restaurants, les chefs-propriétaires... « Je salue leur volonté de mettre la main à la pâte pour aider le gouvernement à accélérer la reprise de leurs activités. [...] Qui dit "été", dit "saison des terrasses" : on s’entend qu’à cause des contraintes qui vont être appliquées à cause de la distanciation, il va y avoir moins de places à l’intérieur des restaurants. Dans ce contexte, il est important de tout faire pour que l’utilisation des terrasses puisse être maximisé. Je suis heureux d’annoncer que ma collègue Geneviève Guilbaut [...] s’est entendue avec la RACJ pour que celle-ci offre un assouplissement pour que les propriétaires de restaurants puissent modifier, agrandir ou obtenir l’autorisation d’exploiter temporairement un permis d’alcool sur une terrasse dans le contexte de la COVID-19, tout cela avec l’accord des municipalités. » Des mesures qui s’ajoutent à celles présentées jeudi dernier.

Le guide des normes disponible en ligne

La mise en oeuvre des contraintes sanitaires demandera des « efforts considérables » aux restaurateurs, a-t-il poursuivi avant de céder la parole à Jean Boulet qui a détaillé les règles et normes en milieu de travail. Une trousse disponible sur le site de la CNESST reprend ces normes d’hygiène, de désinfection et de distanciation sociale. « Il y a aussi une liste de vérifications quotidiennes, pour s’assurer que les travailleurs ne soient pas symptomatiques : ni fièvre, ni toux, ni problèmes respiratoires, pour éviter les risques de contamination interne. Des panneaux à l’extérieur vont indiquer les règles applicables », a illustré le ministre du Travail.

  • « Le guide recommande le port du masque de procédure, et une protection oculaire lorsque la distanciation physique de 2 mètres n’est pas ou ne peut être respectée », y compris pour le personnel de cuisine. Pour ces derniers, « si le masque, en raison de la chaleur, devient mouillé, ça peut être remplacé par une visière, pour autant que cette visière descende en-bas du menton », a-t-il précisé lors de la séance de questions ;
  • Il est conseillé de présenter les menus sur des écrans ou sur les murs ;
  • « Nous laissons au bon jugement des restaurateurs le nombre de clients admis dans un établissement, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, mais la distanciation physique de 2 mètres entre clients devra encore être respectée » ;
  • Il est recommandé de désinfecter les objets, équipements, surfaces ou espaces partagés entre chaque utilisation (menus, comptoirs, ...) ;
  • Dans le cas de buffet, ce sont les employés qui devront offrir le service aux clients.

« Ce sera une nouvelle expérience, pour tout le monde, mais elle se tiendra dans un contexte sécuritaire », a estimé Jean Boulet. Au-delà de 1000 agents de prévention seront appelés à faire du travail de sensibilisation, d’information et de pédagogie aux quatre coins du Québec, a-t-il rappelé, en plus de 450 inspecteurs de la CNESST.

Les associations satisfaites

L’Association Restauration Québec (ARQ) salue l’annonce faite aujourd’hui. Cette nouvelle, attendue depuis longtemps par les restaurateurs du Québec, permettra à bon nombre d’entre eux d’enfin respirer un peu, indique-t-elle. « La réouverture des salles à manger constitue en quelque sorte le symbole d’une bataille remportée par les Québécois sur la COVID-19 et il faut s’en réjouir, mentionne dans un communiqué François Meunier, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales de l’ARQ. Convenons toutefois que ce qui attend les exploitants de restaurant dans les prochaines semaines sera un immense défi à surmonter, les mesures sanitaires à respecter étant fort nombreuses. Ils sont prêts à relever le défi et à offrir le service en toute sécurité autant pour les travailleurs que la clientèle. »

Selon l’ARQ, les restaurateurs applaudissent par ailleurs les assouplissements administratifs annoncés quant à l’aménagement des terrasses cet été, notamment quant à leur occupation sur le domaine public avec l’accord des municipalités.

L’équipe de Restaurants Canada se dit, pour sa part, satisfaite de l’annonce de cet après-midi puisque la reprise des activités dans le secteur de la restauration permettra enfin de recevoir davantage de clients et de reprendre un mode de fonctionnement plus complet. « Le gouvernement du Québec a bien fait les choses dans des circonstances qui ne sont pas faciles, note dans un communiqué David Lefebvre, vice-président aux Affaires fédérales et pour le Québec chez Restaurants Canada. Impliquer les principales associations de restauration dès le départ a fait une différence dans la réussite du processus. Le Québec poursuit son déconfinement de manière progressive et posée et nous sommes satisfaits que l’ensemble de la restauration puisse retrouver une forme de normalité avant la Saint-Jean-Baptiste et le lancement officiel de l’été. »

« L’ouverture des restaurants est une bonne nouvelle pour la population et l’économie du Québec, souligne Manuelle Oudar, présidente du conseil d’administration et chef de la direction de la CNESST. La CNESST est sensible aux problèmes particuliers de ce secteur et a mis tous les moyens nécessaires afin que la santé et la sécurité soient au cœur de cette relance. Nous ne pouvions cependant faire aucun compromis avec la sécurité des travailleurs, des travailleuses, des employeurs et du public. En collaboration avec les principaux acteurs du domaine, nous sommes arrivés à trouver des solutions innovantes pour préserver la santé de tout un chacun. »
 
 
(Crédit photo pixabay)

Mots-clés: Québec (province)
Lois, règlements et permis
Santé et sécurité
Restauration

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).