brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Québec bonifie des mesures d’aide aux entreprises fermées

 
4 février 2021

Certaines entreprises contraintes à une pause en raison de la pandémie de COVID-19 pourront obtenir le remboursement d’une partie de leurs frais fixes lors de leur redémarrage, en vertu d’une bonification apportée à ce programme par le gouvernement Legault. Le soutien pourrait s’échelonner jusqu’à deux mois après la réouverture et l’appui financier variera entre 15 000 $ et 30 000 $, a indiqué mercredi le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon. « Je pense que dans les circonstances (...) on a réglé pas mal les choses, a-t-il expliqué en point de presse à l’Assemblée nationale. Je crois qu’il était plus simple de faire cela que de mettre en place un nouveau programme. »

L’aide est offerte aux entreprises qui ont fait appel à des mesures comme l’aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) dans le cadre du Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE) ou du programme Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME). Pour illustrer ses propos, M. Fitzgibbon a donné l’exemple d’un restaurateur en zone orange qui s’était tourné vers des programmes gouvernementaux et qui aura le droit de recevoir des clients dans sa salle à manger à compter du 8 février. Celui-ci pourra bénéficier d’un soutien pour amortir ses frais fixes - comme le loyer, les taxes municipales et scolaires et la facture d’électricité - qui s’échelonnera jusqu’en avril, ce qui représente une somme de 30 000 $.

En ce qui a trait aux entreprises fermées moins de 90 jours, le soutien supplémentaire sera offert pendant un mois suivant la réouverture. Au moment où bon nombre de restaurateurs, commerçants, salles de cinéma et propriétaires de salles d’entraînement crient à l’aide, M. Fitzgibbon a expliqué que les nouvelles mesures venaient s’ajouter à des programmes fédéraux comme la subvention salariale et l’aide pour le loyer. « On a les salaires, les loyers, et nous on prend le reste des frais fixes, a-t-il dit. Quand on regarde cela de façon précise, ces trois programmes donnent de l’oxygène à ceux qui sont fermés. »

Petit bémol à cette bonne nouvelle : plusieurs restaurateurs se sont fait refuser l’accès à l’AERAM, peut-on lire dans un article du Devoir, en raison de leur situation financière jugée précaire. Plusieurs entreprises seraient en outre dissuadées de demander de l’aide par la complexité de la paperasse à fournir.

Jusqu’à présent, les trois mesures de soutien déployées par Québec depuis le début de la crise sanitaire ont épaulé environ 7 000 entreprises ayant bénéficié de prêts totalisant environ 900 millions $, a ajouté le ministre.

(Avec La Presse Canadienne / Crédit photo : Pexels)

Mots-clés: Québec (province)
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).