brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Québec : Une foire alimentaire dans Lebourgneuf en juillet 2021

 
19 août 2020 | Par Pierre-Alain Belpaire

Le Quartier Mosaïque, nouvel ensemble multigénérationnel rassemblant 11 immeubles et quelque 2 200 unités d’habitation, sera inauguré au cœur du secteur Lebourgneuf de Québec au cours de l’été 2021. Piloté par Constrobourg, le projet inclut notamment une foire alimentaire, intitulée Terminal 9, qui se voudra un « espace moderne, gourmand et épicurien ». HRImag s’est entretenu avec Perry Marcoux, collaborateur et responsable du volet alimentaire du Quartier Mosaïque.
 

HRImag : Montréal a accueilli l’an dernier trois foires alimentaires (Time Out Market, Cathcart et Le Central) mais la ville de Québec n’en comptait jusqu’ici aucune. Alors qu’une première halle culinaire devrait ouvrir ses portes l’automne prochain au QG Sainte-Foy, vous annoncez aujourd’hui l’ouverture d’une seconde foire quelques mois plus tard. Pourquoi ? Comment est née cette idée ?

Perry Marcoux : Je suis allé à Lisbonne voici quelques années. J’y avais découvert le Time Out, un concept exceptionnel et facilement exportable. J’ai ensuite pu découvrir les foires montréalaises mais aussi ce qui se faisait ailleurs, à Miami par exemple. Québec méritait d’en avoir également et on a donc planché sur le projet Terminal 9, en s’inspirant de ce qu’on avait vu ailleurs mais en voulant aussi en faire quelque chose d’unique, de différent.

Cette foire sera posée dans le quartier Lebourgneuf, à deux pas de l’autoroute Robert-Bourassa Sud. Drôle d’emplacement pour faire rêver et voyager les gourmands, non ?

Pas du tout ! C’est un endroit très stratégique, dans un secteur qui bouge de plus en plus. Et puis, si on attire les bons chefs, les bons restaurants, les bons produits, on parviendra à en faire une véritable destination à Québec.

Mais ne craignez-vous pas la concurrence des Galeries de la Capitale, placées juste à côté et qui ont déjà une offre alimentaire complète et variée ?

Non, car ce sont deux concepts, deux lieux totalement différents.

À qui s’adressera alors ce Terminal 9 ? Aux résidents des 2 200 logements voisins ?

Oui, mais pas seulement : l’objectif est véritablement d’attirer dans Lebourgneuf des gens qui, jusqu’ici, n’y allaient pas. On souhaite aussi beaucoup axer notre projet sur la livraison et le take-out, ce qui nous permettra de « sortir » du quartier.

Combien de restaurants le Terminal 9 comptera-t-il ?

Sur cette surface totale de près de 18 000 pieds carrés et avec une aire de service d’environ 10 000 pieds carrés, on voudrait accueillir entre 10 et 12 comptoirs.

Quel profil visez-vous : des chaînes ? Des indépendants ? Des chefs réputés ? Des nouveaux joueurs ?

Nous ne voulons pas de géants de l’industrie, pas d’enseignes qu’on retrouve déjà un peu partout, pas de grandes chaînes internationales. Des « petites » chaînes québécoises ? Peut-être ! On souhaite offrir une expérience culinaire fun, épicurienne. On veut proposer la meilleure pizza, les meilleures pâtes, les meilleurs coquillages ; on veut compter sur le meilleur boulanger et le meilleur mixologue. Ça pourrait très bien être un restaurateur indépendant, déjà installé dans le centre-ville et qui souhaite atteindre une nouvelle clientèle. On pourrait aussi accueillir de jeunes talents, qui n’ont peut-être pas les moyens de s’offrir une adresse dans le Vieux ou à Sillery. Bref, on cherche des joueurs exceptionnels, qui se démarquent.

Avez-vous déjà des pistes sérieuses, voire des signatures ?

Des signatures, non, mais beaucoup de pistes… Puisqu’on vise les meilleurs, on a aussi contacté directement certains professionnels avec lesquels on voudrait travailler. Mais je ne tiens pas à en dire plus actuellement…

Comment comptez-vous faire vivre une expérience au client, le faire voyager ?

Dans une salle-à-manger comme dans une foire alimentaire, le plus important, c’est l’assiette, c’est le produit. Ça peut paraître simpliste de dire cela mais j’ai le sentiment qu’au cours des dernières décennies, le contenu de l’assiette était un peu passé au second plan, qu’on misait sur les décors, sur la mise en place. Aujourd’hui, le consommateur veut être impressionné par ce qu’on lui fait découvrir et déguster. Le défi sera que ce plat soit aussi exceptionnel lorsque consommé sur place que lorsque le client l’emportera pour le manger au bureau ou chez lui. Pour y parvenir, il faudra atteindre une certaine constance, en limitant peut-être la longueur des menus.

Quand le projet sera-t-il inauguré ?

On aimerait que le côté construction soit livré pour mars-avril 2021 et on vise une ouverture en juillet 2021.
 

(Crédit photo : Camdi Design / Gracieuseté Perry Marcoux)

Mots-clés: 03 Capitale Nationale (Québec)
Entrevue
Tendances
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).