brightness_4
 

Projet de la loi 19 : les hôteliers demandent plus de souplesse

 
21 avril 2023
Crédit photo: Rhema Kallianpur / Unsplash

L’Association hôtellerie du Québec (AHQ) fait trois recommandations à la Commission de l’économie et du travail qui vient de compléter ses consultations sur le projet de loi 19 visant à encadrer le travail des enfants. Elles se retrouvent dans un mémoire et s’appuient sur les résultats d’un sondage réalisé auprès des membres de l’industrie hôtelière de partout au Québec.

L’AHQ commence par affirmer que l’industrie hôtelière souscrit à l’esprit du projet de loi : la priorité est l’éducation, la bienveillance et la modération sont de mise lorsqu’il s’agit d’embaucher des jeunes de moins de 17 ans pour ne pas nuire à leur cheminement scolaire. Sur les 105 répondants, près de 60 % embauchent des adolescents âgés de 14 à 17 ans. 70 % d’entre eux sont d’accord avec l’idée de fixer un maximum de 17 heures par semaine pendant l’année scolaire, dont 10 heures maximum du lundi au vendredi, pour les adolescents de ce groupe d’âge. Et c’est majoritairement ce qui est déjà mis en pratique.

L’idée d’interdire aux jeunes de moins de 14 ans de travailler est toutefois moins populaire. À peine 50 % des répondants sont en accord avec cette interdiction, même si seulement 20 % des hôteliers embauchent des jeunes de cet âge et de façon occasionnelle. Imposer des balises plus strictes, avec un bon encadrement et des heures limitées, serait une option qui rallierait davantage qu’une interdiction. Ils sont d’avis que le travail forme la jeunesse, permet de développer de l’autonomie, initie au marché du travail, et apprend à économiser. Ils mentionnent également la notion de plaisir à travailler quelques heures, ce qui permet de socialiser en dehors de l’école, se faire de nouveaux amis, d’apprendre de nouvelles choses et de vivre une belle expérience.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Trois recommandations

L’AHQ recommande de retirer la limite de moins de 10 salariés puisqu’il est très fréquent qu’un hôtel familial embauche plus de 10 personnes. Elle souhaite l’élargissement de la notion de famille pour ne pas limiter l’embauche à l’enfant de l’employeur ou d’un administrateur, mais plutôt à la famille - incluant un oncle, une tante, un cousin, une cousine, un grand-parent -, et de pouvoir inclure l’enfant d’un employé, ce qui assurerait un encadrement chaleureux et bienveillant. Elle propose aussi de permettre des projets pilotes balisés par un nombre d’heures, de jours et une description précise des tâches, en plus d’être autorisés par les parents ou tuteurs et la direction d’écoles. L’objectif est d’aider certains jeunes pour des besoins précis, de faire vivre une expérience, ou de permettre à certaines communautés de s’entraider et/ou de réaliser des projets collectifs.

L’AHQ rappelle que le Virtuôtel propose une formation destinée aux jeunes travailleurs. Droit des travailleurs, responsabilités des employés et de l’employeur, questions à poser avant d’accepter un emploi et avant la première journée de travail, formation : ces thèmes sont abordés afin de sensibiliser les jeunes aux risques qu’ils pourraient courir au travail. La réussite de cette formation génère automatiquement une attestation de réussite, valable dans le cadre de votre programme de prévention (PP) annuel, obligatoire pour tous les employeurs du Québec (loi LSST).

Mots-clés: Québec (province)
Lois, règlements et permis
Hôtellerie

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #15
-0.47 %arrow_drop_down
0.16 %arrow_drop_up
-2.73 %arrow_drop_down
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici