brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Passeport vaccinal : malgré un lourd fardeau, les restaurateurs embarquent

 
2 septembre 2021
Crédit photo: Freepik

Le passeport vaccinal est requis au Québec depuis mercredi matin pour accéder à divers endroits jugés « non essentiels » par le gouvernement, comme les restaurants. Si des commerçants estiment que cette première journée de leur nouvelle réalité s’est relativement bien passée, ils trouvent toutefois que le fardeau qu’on leur impose est lourd.

Mercredi, parmi tous les commerces visités au centre-ville de Montréal, seul un café n’a pas exigé de voir la preuve de double vaccination. Partout ailleurs, un employé se tenait à l’entrée et demandait à la vérifier. Est-ce que cela se passe bien ? En guise de réponse, un responsable du restaurant de sandwich à la viande fumée Dunns’ a levé les yeux au ciel. « On manquait déjà de personnel avant, et maintenant une personne doit être à l’entrée du restaurant en tout temps », a-t-il lancé, le téléphone cellulaire à la main, prêt à scanner.

Les clients rencontrés se conformaient sans rechigner à la nouvelle obligation. Au milieu de deux foires alimentaires de la métropole, des agents de sécurité vérifiaient la preuve vaccinale avant de laisser les clients s’asseoir pour manger. Ceux qui achetaient un repas à emporter n’avaient pas à l’exhiber. Devant la terrasse d’un populaire restaurant, Les Trois Brasseurs, l’hôtesse expliquait gentiment à une cliente qui ne l’avait pas comment se la procurer.

Des coûts supplémentaires à absorber

La première matinée s’est somme toute bien passée, a commenté Marie-Pier Bellefeuille, gérante du restaurant Ben & Florentine du centre-ville. « Heureusement, c’était une journée tranquille, dit-elle, et les hôtesses ont eu le temps de bien expliquer aux gens les nouvelles directives. Mais quand ce sera plein, ça risque d’être rock and roll ». Elle n’a dû refuser que deux groupes. Mais la majorité des clients étaient bien au courant des règles. « Ils n’ont montré aucune agressivité ni impatience », dit-elle. Mme Bellefeuille affirme n’être ni pour ni contre le passeport vaccinal. Sauf que si c’est la condition pour éviter une autre fermeture de son établissement, « on embarque », dit-elle.

Elle rappelle que les restaurants du Québec ont beaucoup souffert depuis le début de la pandémie en raison des fermetures généralisées imposées. « On ne veut pas fermer à nouveau. » Et cette obligation de passeport vaccinal, comme d’autres exigences de la Santé publique, telles que l’ajout de plexiglas entre les tables, engendre des coûts qui doivent être absorbés par les restaurateurs. Lors des périodes de pointe, elle redoute devoir mettre un employé de plus à l’horaire pour faire cette vérification de vaccination, alors que la pénurie de personnel est déjà criante.

Stuart Ashton, l’un des propriétaires du pub McLeans’ de la rue Peel à Montréal, sait aussi qu’il devra ajouter un employé le soir pour s’acquitter de cette tâche. Ses employés vérifiaient la preuve vaccinale des clients mercredi midi. Il a mis un téléphone cellulaire et une tablette à leur disposition (ce n’est pas juste d’exiger qu’ils utilisent leur propre cellulaire, dit-il) mais la tablette ne réussit pas à scanner le code QR à l’intérieur - trop sombre. L’application VaxiCodeVerif est gratuite, mais pas les appareils ni le personnel qui devront être ajoutés en renfort. Il constate que les clients ont bien réagi à la nouvelle obligation. Mercredi midi, il n’avait dû refuser qu’une personne.

D’ailleurs, selon les données du ministère de la Santé, des millions de personnes dans la province ont reçu un code QR indiquant leur statut vaccinal. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a déclaré que les Québécois bénéficieront d’une période de grâce pendant les deux premières semaines, alors que les sanctions pour non-conformité ne seront pas appliquées. Mais à partir du 15 septembre, les personnes et les entreprises prises à enfreindre l’ordre sanitaire s’exposeront à des milliers de dollars d’amende.

(La Presse Canadienne)

Mots-clés: 06 Montréal
Lois, règlements et permis
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).