Parti Culinaire du Québec : Le pari fou du Chef Thémis

4 septembre 2018 - Par Pierre-Alain Belpaire

Jean-Louis Thémistocle Randriantiana, chef et fondateur du Parti Culinaire du Québec mais surtout personnalité bien connue des étudiants de l’ITHQ, figurera donc, le 1er octobre prochain, sur les bulletins électoraux.

En mai 2017, « Chef Thémis » nous avait confié, entre deux éclats de rire, que le projet de se lancer en politique était « pas mal concret » et que son Parti Culinaire tenterait d’instaurer, au Québec, une gastronocratie. « Le véritable objectif d’un élu devrait être le bonheur de la population, de la société, analysait-il alors. Et quel meilleur chemin pour y parvenir que la nourriture, le terroir, le partage des aliments… ? Les cuisiniers se sentent généralement très concernés dès qu’on touche aux terres, à la planète. Pensez au dossier des pipelines par exemple. Si un projet menace des terres cultivables ou des produits comestibles, il faudrait immédiatement l’oublier et passer à autre chose. »

Dans une vidéo postée cette semaine sur les réseaux sociaux et adressée particulièrement aux électeurs de sa circonscription de Laurier-Dorion, le jeune retraité confirme ce message. « Je crois profondément que la gastronomie peut jouer un rôle dans la politique, elle peut dicter les lois et les règlements dans une société pour que les citoyens trouvent le bonheur. »

Parmi les principaux engagements du Parti Culinaire, retenons notamment l’abolition de la TVQ dans les restaurants artisanaux, la reconnaissance du métier de cuisinier professionnel, l’arrêt de la surpêche ou encore l’amélioration des repas servis en milieu hospitalier, en CHSLD et dans les écoles.

Pour suivre le Parti Culinaire du Québec :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.