Omni Mont-Royal : Former pour valoriser l’entretien ménager

10 avril 2018 - Par Katherine Boisvert

Elles travaillent dans l’ombre, mais leur métier est essentiel dans un hôtel. Et malgré l’importance de ce poste, aucune formation académique n’existe pour devenir préposé(e) à l’entretien ménager.
 
Ce mois-ci, cinq préposées à l’entretien ménager de l’Hôtel Omni Mont-Royal ont reçu un certificat de qualification professionnelle. Elles ont suivi une formation d’appoint pour ensuite se soumettre aux évaluations théoriques et pratiques du programme de reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre (RCMO).
 
Isabelle Girard, directrice générale du Conseil québécois des ressources humaines en tourisme (CQRHT), souligne que si ce programme a été mis sur pied il y a plus de 20 ans, c’est qu’il n’existait aucune formation initiale pour devenir préposé(e) à l’entretien ménager. « Le métier s’apprenait en le faisant, ce qui ne permettait pas toujours l’atteinte des standards de qualité attendus par les clients », précise-t-elle.
 
L’Omni Mont-Royal est l’un des premiers hôtels montréalais à se prévaloir de ce programme de reconnaissance. Louis-Philippe Talbot, directeur de l’entretien ménager, soutient que les préposées ont eu beaucoup de difficultés à déconstruire leur apprentissage et qu’elles comparaient sans cesse les normes à leur réalité. Il souligne toutefois que la norme est essentielle, car elle permet de former de manière parfaite les nouveaux employés.
 
Des préposées émotives
 
Le programme a engendré beaucoup d’émotions, reconnaît Louis-Philippe Talbot. « Même celle qui compte 32 ans d’expérience a dû réapprendre certains aspects de son métier... », explique le responsable. Et ce n’est pas toujours évident lorsque l’on a fait environ 100 000 chambres en carrière ! Néanmoins, grâce au soutien et à l’écoute de leurs collègues et de leur patron, les cinq préposées ont réussi. « Ce projet de reconnaissance a uni mon équipe », glisse le directeur de l’entretien ménager.
 
Le programme de perfectionnement a déjà des impacts positifs. C’est notamment le cas d’Hylda Lebrun qui a obtenu un poste de superviseure grâce à cette formation. « Elle a su démontrer un grand leadership », se félicite Louis-Philippe Talbot.
 
Valorisation du métier
 
Alors que le besoin de main-d’œuvre se fait criant dans l’industrie hôtelière, le métier de préposé à l’entretien devra être davantage valorisé. Aux yeux d’Isabelle Girard, il faut notamment faire sortir cette profession de l’ombre, car peu de gens savent en quoi consiste réellement ce métier. « À l’interne, il est important que ce poste soit reconnu comme un maillon essentiel de la qualité et de la réputation des établissements », ajoute-t-elle. Le CQRHT espère que l’exemple de l’Omni saura inspirer d’autres établissements dans un avenir proche.
 
Louis-Philippe Talbot estime pour sa part que pour attirer des employés et les retenir, « on se doit d’être créatif et de les récompenser ». Cette certification permettra notamment à l’Hôtel Omni Mont-Royal d’être plus attirant pour le marché, ajoute-t-il.
 
 
(Louis-Philippe Talbot et les cinq préposées à l’entretien. Crédit photo : Hôtel Omni Mont-Royal)
 
 
Pour suivre l’Hôtel Omni Mont-Royal :

Pour suivre le CQRHT :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.