Natalia Machado : passion bœuf 

 
6 mars 2017

Peu de femmes parlent de viande avec autant de passion que Natalia Machado, chef exécutive au restaurant L’Atelier d’Argentine. La fougueuse chef, originaire de Buenos Aires, propose depuis peu une sélection de viandes importées directement de son pays d’origine. Le restaurant est ainsi devenu le premier au pays à importer du bœuf argentin, mettant fin à l’interdiction d’importation qui était en vigueur depuis une quinzaine d’années.

De Buenos Aires à Montréal

C’est lors d’une visite dans sa famille que la chef a fait la rencontre d’éleveurs de bovins au nord de Buenos Aires. Impressionnée par la qualité de leurs viandes, elle a entrepris les démarches nécessaires afin de pouvoir les offrir sur son menu à Montréal.

« Lorsque nous avons commencé à discuter de la possibilité d’importer du bœuf d’Argentine, il y avait plusieurs facteurs à considérer. Il fallait trouver le moyen le plus rapide et le moins dispendieux de faire venir la viande à Montréal sans compromettre la qualité, raconte Natalia. J’ai trouvé un producteur qui était ouvert à l’idée de travailler avec nous et surtout, intéressé à produire de petites quantités de viandes qui pourraient être envoyées au compte-goutte vers Montréal. »

La viande est acheminée par avion de Buenos Aires, réfrigérée dans son sang afin d’en conserver toutes les saveurs. Il faut compter trois jours ouvrables de l’abattage à la livraison. La chef a choisi d’importer des coupes qui sont typiques et représentatives du pays telles que le faux-filet (ojo de bife), le contre-filet (bife de chorizo) et la hampe (entraña). Natalia parle avec passion de cette dernière coupe qui est presque impossible à trouver à Montréal ; c’est sa coupe préférée ainsi que celle de son sous-chef (également originaire d’Argentine). « Nous avons grandi en mangeant ça... dans notre pays, tout se cuit sur le gril, et on consomme du bœuf pratiquement tous les jours, ça fait partie de notre culture. »

Sans oublier les produits d’ici

La viande locale servie sur son menu provient de la Ferme St-Vincent, située dans Lanaudière. La chef sert de l’onglet et de la bavette, puisque, selon elle « la bavette est au Québec ce que l’entraña est à l’Argentine. »

Le tout nouveau menu de L’Atelier d’Argentine met donc en vedette trois coupes argentines exclusives ainsi que deux coupes de viande biologique du Québec. « Le restaurant est ouvert depuis quatre ans. L’idée n’était pas de recommencer à zéro et rejeter tout ce que nous faisions avant. Aujourd’hui, nous offrons seulement une plus grande variété de coupes, provenant du Québec et de l’Argentine. Pour moi, c’est une question de qualité et non de provenance. Je veux simplement servir la meilleure coupe de viande possible ... »

 

Photos : L’Atelier d’Argentine

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).