Nancy Brisson : « IL FAUT FAIRE RÊVER LES JEUNES »

14 février 2019 - Par Pierre-Alain Belpaire

« Si je suis fébrile ? Mais bien évidemment que je suis fébrile ! » Le petit rire nerveux qui accompagne ce cri du cœur confirme que Nancy Brisson a hâte de voir aboutir l’un des plus importants projets de sa carrière.

Depuis bientôt une décennie, la directrice du CFP Jacques-Rousseau prépare, pense et planifie le déménagement de « son » école. Et en ce gris début de décembre, ses équipes sont dans la dernière ligne droite. D’ici quelques semaines, l’établissement de Longueuil, créé voici 44 ans, quittera son nid des rues Saint-André et Saint-Laurent Est pour s’installer un peu plus au sud, entre le marché public et l’aéroport. « Je me demande parfois si c’est réel, si on voit enfin le bout de ce chantier », confie la responsable.

Ce transfert, dans lequel quelque 15,5 millions ont été investis, s’imposait, tant par l’état des locaux occupés (« On peut parler de vétusté ») que par la difficile cohabitation du CFP Jacques-Rousseau avec l’école secondaire du même nom. « Nous partagions certes les bâtiments, mais nos réalités étaient différentes, voire opposées, estime la directrice. Que ce soit pour l’approvisionnement, le stockage des denrées ou l’organisation de banquets, les lieux n’étaient tout simplement pas adaptés. »

Lorsqu’il prendra officiellement ses quartiers dans son nouvel espace au look contemporain et lumineux, le centre de formation professionnelle sera également rebaptisé « École hôtelière de la Montérégie ». Ce titre permettra d’insister sur l’ancrage local et sur les programmes offerts dans l’établissement. « Beaucoup de gens, y compris dans notre région, ne savaient même pas que la Commission scolaire Marie-Victorin proposait des formations en cuisine, en pâtisserie ou en sommellerie, justifie Nancy Brisson. Ce sera plus simple désormais. Tout sera plus simple... »

L’importance du dépassement

Malgré une formation en comptabilité et en administration des affaires, Nancy Brisson découvre très tôt l’univers de l’enseignement. Et elle en tombe immédiatement amoureuse. Après avoir enseigné durant une douzaine d’années, elle souhaite s’impliquer davantage, faire entendre ses idées et expliquer sa vision. Son diplôme de deuxième cycle en gestion d’établissements scolaires en poche, elle intègre la Commission scolaire Marie-Victorin, où elle occupe différents postes. « Lorsqu’une place s’est libérée au CFP Jacques-Rousseau, j’ai immédiatement fait part de mon intérêt, se souvient-elle. J’en suis maintenant la directrice depuis 10 ans, à mon plus grand bonheur. »

Un bonheur complet que n’assombrissent nullement les divers obstacles qui se dressent sur son parcours. On lui parle de la baisse du nombre d’élèves dans les écoles hôtelières, de la pénurie de main-d’œuvre ou de l’intérêt toujours plus faible accordé au diplôme par les employeurs ? La directrice se lance dans une longue liste de solutions et d’idées, plus enthousiasmantes les unes que les autres ! « Il faut recommencer à faire rêver les jeunes, soutient-elle. J’ai par exemple toujours cru aux Olympiades de la formation professionnelle. J’ai toujours insisté sur l’importance des voyages et des concours, qui poussent les élèves à se dépasser. »

Sa porte ouverte en permanence, elle invite également les membres de son personnel enseignant à la franchir quand bon leur semble. Elle tend aussi la main aux professionnels de l’industrie. « On doit travailler ensemble, car nous avons les mêmes besoins, les mêmes problèmes, analyse-t-elle. S’ils continuent à embaucher des jeunes qui n’ont pas fini leur formation, cela peut leur sembler intéressant à court terme. Or, à long terme, cela ne sera bon ni pour eux, ni pour les écoles hôtelières, ni même pour le jeune employé. »

Pour séduire les étudiants potentiels, pour attirer l’attention des professionnels et pour motiver encore un peu plus (si besoin était) son personnel, la directrice dispose désormais d’un argument de taille, trésor de technologie et bijou architectural. « Le déménagement dans notre nouvelle école n’est qu’une étape. Une fois installés, nous allons devoir la faire vivre. J’ai du travail pour les 10 prochaines années, ne vous inquiétez pas pour moi... »

Dans cette édition




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.