dark_mode light_mode
 

Moqueur : l’équipe du Midway ouvre un bar-resto dans l’ancien Agrikol

 
11 mai 2023 | Par Marie Pâris
Crédit photo: Moqueur / Facebook
  • Ouverture : été 2023
  • Propriétaires : Jean-Philippe Bouchard, François Chamberland, Charles Landry, Alexandre Théberge
  • Nombre de places : environ 60 places à l’intérieur et 60 sur la terrasse

On se demandait ce qui allait advenir du local de briques blanches qui abritait autrefois Agrikol, le resto-bar haïtien ouvert dans le quartier montréalais du Village par quelques membres du groupe de musique Arcade Fire, et fermé pendant la pandémie. On a désormais la réponse : si le bar adjacent Ti-Agrikol est devenu une boutique de cadeaux, les entrepreneurs derrière les tavernes Midway et Marion ont repris le restaurant pour y ouvrir Moqueur, un établissement cette fois inspiré de la Nouvelle-Orléans.

« Le concept du Moqueur propose un mélange entre le Québec et la Nouvelle-Orléans, autant pour la nourriture que pour les cocktails. C’est une cuisine qui mêle les cultures du sud des États-Unis et celle des Canadiens français déportés en Louisiane, explique Charles Landry, l’un des associés. Il y a donc un peu de nous dans cette nourriture, qu’on retrouve pourtant très peu à Montréal et au Québec en général ; on tombe sur des sushis à tous les coins de rue, mais il n’y a quasiment pas de bouffe cajun, même si c’est une partie de notre héritage. On s’est donc dit que c’était important de la remettre au menu. Et on trouve ça délicieux ! »

Refaire une identité

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Pensez donc po’boy, huîtres Rockefeller, fruits de mer de saison, gumbo, beignet… Côté cocktails, on retrouvera des French 75, Ramos Gin Fizz, Vieux Carré ou Hurricane - il y aura même une machine à granité pour rappeler celles de Bourbon Street. Sans pour autant être dans la décadence de la rue de la soif de la Nouvelle-Orléans, le Moqueur veut retrouver le côté festif du Mardi Gras et de la culture sud-américaine tout en rendant leurs lettres de noblesse à la cuisine et aux cocktails locaux.

Aux fourneaux, c’est le chef Maxime Flibott, de la Taverne Midway, qui officie. Mais si le Moqueur s’affiche comme un bar-resto, les associés derrière le nouvel établissement ne veulent pas se proclamer restaurateurs pour autant : « Notre spécialité, ça reste les bars, souligne Charles Landry. Le Moqueur sera un bar aussi, mais avec une offre de cuisine un peu plus complète. En bref, c’est un bar en premier, et un restaurant en deuxième. »

L’endroit comptera une soixantaine de places à l’intérieur et environ le même nombre sur la terrasse arrière. « On ne va rien garder de la déco d’avant, répond catégoriquement l’entrepreneur quand on le questionne sur les fresques murales qui ornaient le lieu. C’est important pour nous de nous refaire une identité parce que l’Agrikol était une institution, avec une personnalité très forte. En reprenant le local, on voulait en faire quelque chose qui nous ressemble, que la roue continue de tourner… Mais ça va être très beau ! »

Travailler en réseau

Les quatre associés derrière le Moqueur - Jean-Philippe Bouchard, François Chamberland, Charles Landry et Alexandre Théberge -, propriétaires depuis quelques années déjà de la Taverne Midway sur le boulevard Saint-Laurent, ont également ouvert il y a un an la Taverne Marion, dans Centre-Sud. Et c’est à une rue de là qu’ils ouvriront cet été leur nouvelle adresse, dont le nom, clin d’œil à l’oiseau moqueur du sud des États-Unis, reprend le M emblématique du groupe.

« On est tombés un peu par hasard sur le local du Marion, avec ses portes de garage, et on a eu un coup de cœur, raconte Charles Landry. Ensuite on a cherché une cuisine, comme on n’en avait pas encore, et on a trouvé l’ancien Agrikol. » La proximité entre les établissements rend la gestion plus facile ; le Moqueur, avec sa cuisine complète, permettra notamment au Marion d’avoir une salle de préparation pour son offre alimentaire.

Il sera aussi possible d’envoyer les gens prendre un verre au Marion en attendant une table au Moqueur, ou vice-versa. « C’est un peu le concept des concessionnaires de voitures qui sont tous au même endroit ! Les clients se déplacent dans un quartier et ils savent qu’ils vont trouver ce qu’ils cherchent. C’est ce qu’on veut faire avec Centre-Sud. On vient aussi donner plus d’options dans un coin où il n’y avait pas grand-chose en termes de bar. » Sans compter que certains de ces bars (Agrikol et Ti-Agrikol, Station Host…) ont fermé pendant la pandémie.

Habiter le quartier

Le groupe a ainsi fait le choix de rester dans le quartier Ville-Marie. « Sur Saint-Laurent on était habitués aux touristes, mais là on a une belle réponse des habitués du coin. Les gens sont gentils ; je peux m’asseoir à n’importe quelle table au Marion et avoir une bonne conversation », confie Charles Landry. Si les premiers mois qui ont suivi l’ouverture du bar ont été un peu plus difficiles que prévus, l’entrepreneur indique que les suivants ont été « fantastiques ». « On est en croissance, les entreprises vont bien… »

Des établissements pleins, une troisième adresse à venir : Charles Landry et ses comparses semblent avoir trouvé une recette gagnante. En plein contexte de pénurie de main-d’œuvre, il s’agit notamment de savoir garder son personnel. « C’est sûr que c’est un processus d’embauche continu, mais on est chanceux, on a peu de départs. Les employés font des sous et ça aide à la rétention, note le copropriétaire``. Comme patrons, on essaie aussi de donner aux employés les meilleures conditions et ambiance de travail. Nos employés sont aussi nos ambassadeurs, ce sont ceux qui fréquentent nos établissements au départ. L’ambiance est assez familiale chez nous ; mes employés ont plus tendance à m’appeler papa que boss ! »

Moqueur, 1844 rue Atateken - Montréal

Mots-clés: 06 Montréal
Ouverture / Rénovation
Restauration

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #24
-6.18 %arrow_drop_down
0.01 %arrow_drop_up
-0.32 %arrow_drop_down
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici