Mélanie Blanchette (Bouillon Bilk) : « On est restaurateur, puis on devient entrepreneur »

18 septembre 2019 - Par Marie-Ève Garon

Mélanie Blanchette et le chef François Nadon forment, depuis près de 10 ans, un duo d’entrepreneurs dynamique et fort inspirant. Avec des enseignes tels que le Bouillon Bilk et le Cadet, le tandem crée des projets à son image, toujours guidé par la qualité des produits et sa capacité à créer des ambiances uniques et rassembleuses. Aujourd’hui, les associés s’attaquent à un projet d’envergure, dans le superbe bâtiment du défunt restaurant Le Local, à travers lequel ils pourront déployer leur imagination et leur talent avec cette fougue qui les habite depuis le tout début.

« En mars 2011, nous avons ouvert le Bouillon Bilk dans un quartier qui n’était vraiment pas ce qu’il est aujourd’hui, raconte Mélanie Blanchette. La Maison symphonique n’était pas achevée, le Quartier des spectacles commençait à prendre forme… À ce moment-là, on se lançait dans cette aventure pour se créer notre propre emploi et vivre de notre passion. On n’a jamais regardé en arrière et on a fait ce qu’on avait à faire. »

Malgré un modeste départ, l’adresse connaît le succès en grande partie grâce au bouche-à-oreille. L’équipe mise d’ailleurs tout de suite sur la satisfaction de sa clientèle, beaucoup plus que sur la publicité, pour gagner en notoriété. « Nous avons conquis nos clients un par un, poursuit-elle. On n’aurait jamais cru que ça irait aussi vite et que ce serait aussi grand. »

Visionnaires dans l’âme

Après avoir doublé la superficie du Bouillon Bilk et être allés jusqu’au bout du concept, les restaurateurs décident d’aller de l’avant avec une nouvelle proposition s’inscrivant en complément de l’adresse existante. « Comme nous ne sommes pas qu’une seule chose, il nous semblait intéressant de développer un nouveau concept, notamment celui du Cadet qui venait répondre à un besoin qu’on ressentait dans notre entreprise. » Au départ, on est restaurateur, ajoute-t-elle, puis on devient entrepreneur.

La femme d’affaires estime toutefois qu’aucun de ses projets ne se réalisent au détriment des critères de qualité, tant en salle que dans l’assiette. « Avec le Cadet, nous savions qu’on voulait faire des trucs simples et réconfortants, mais il n’était pas question qu’on le fasse avec des ingrédients de moins bonne qualité et un service moins attentionné sous prétexte que ce n’était pas gastronomique. C’est dans nos gènes de vouloir offrir le meilleur. » Mélanie Blanchette croit d’ailleurs qu’il s’avère important d’exercer ce métier sérieusement, d’être présent et de respecter les règles du jeu. « C’est dans nos priorités de créer des projets, de prendre soin de nos entreprises et de nos employés afin d’être en mesure de leur offrir de nouvelles opportunités. »

Le nouveau concept qui se veut classique et abouti, élaboré actuellement par le duo en collaboration avec l’agence de design Clairoux, n’échappe pas à ces critères d’excellence et d’authenticité et vient, une fois de plus, répondre à un besoin manifesté par sa fidèle clientèle. « Nous étions énormément sollicité pour recevoir des groupes, mais nous n’étions pas en mesure de le faire. On y a vu l’opportunité d’élaborer un autre type de concept, tout en répondant à une grande demande. C’est notre métier de mettre des projets au monde et de les nourrir. En plus, c’est ce qu’on adore faire. »

(Crédit photo : Maxime Morin photographe)

Pour suivre Bouillon Bilk :

Pour suivre Cadet :




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.