Martine Chagnon : « Et puis vous entendez votre nom… »

16 mai 2019 - Par Pierre-Alain Belpaire

Le 7 mai dernier, le Palais des Congrès de Montréal accueillait la 15e édition des Grands prix de la relève en restauration, tourisme et hôtellerie, organisés par l’AQFORTH (Association québécoise de la formation en restauration, tourisme et hôtellerie). Partenaire de l’événement, HRImag vous propose de découvrir, durant toute cette semaine, les portraits de quelques-uns des lauréats.

« Ma première pensée, en entendant mon nom mardi dernier, fut pour mon conjoint. Il a tout fait, tout accepté, tout abandonné pour que je puisse réaliser mes rêves. Je ne saurais assez le remercier… » Au bout du fil, la voix de Martine Chagnon tremble légèrement, trahissant une vive et sincère émotion. Mais rapidement, la gagnante des Grands prix de la relève, catégorie Programmes universitaires en gestion hôtelière et de la restauration, retrouve son ton enjoué et son large sourire, ses deux belles cartes de visite. C’est qu’il ne faut guère insister pour que la pétillante lauréate se lance dans une enthousiaste déclaration d’amour pour cette industrie dans laquelle elle ne baigne pourtant que depuis quelques années.

Durant près de 20 ans, Martine Chagnon évolue dans l’univers des hebdomadaires régionaux québécois, œuvrant notamment aux ventes ou au positionnement de périodiques. Mais au terme de ces deux décennies dans l’univers de l’édition, elle constate avoir fait le tour de la question. Après un bref passage dans le monde de la restauration (« Un petit resto de fondue-raclette-charcuterie »), elle décide de suivre son cœur plutôt que sa raison et de reprendre le chemin des salles de cours. « Pour moi, c’était un choix évident ; pour mon couple, ce fut une décision importante, se souvient-elle. Les enfants avaient grandi et avaient quitté le foyer familial, certes, mais cela impliquait tout de même de grandes conséquences au niveau des salaires, des libertés, des voyages… On quittait aussi la banlieue pour s’installer en ville. Quel revirement ! »

Pourtant, malgré ces bouleversements, Martine sait qu’elle fait le bon choix. Convaincue de l’importance du service à la clientèle, elle entend notamment tout mettre en œuvre pour mieux cerner les attentes du client et ainsi pouvoir y répondre positivement. « Dès que la personne ouvre la porte de votre établissement, vous devez avoir comme unique priorité de lui donner du plaisir, de lui faire vivre une expérience exceptionnelle, explique-t-elle. Cette perfection dans le service, c’est mon nouveau cheval de bataille. »

Et puisque, selon ses propres termes, « elle ne fait jamais rien à moitié », Martine Chagnon a décidé, en plus de ses études à temps partiel au baccalauréat en gestion du tourisme et de l’hôtellerie (ESG UQAM/ITHQ), de se donner corps et âme pour former et accompagner les étudiants découvrant les coulisses de l’Hôtel de l’ITHQ. « J’ai un profil particulier et une certaine expérience : autant que ce bagage serve à quelque chose, avance-t-elle. Si je peux transmettre ma passion et mes connaissances à cette relève, tant mieux. » Mais tout en partageant son savoir à cette jeune génération, la doyenne des lauréats des 15e Grands prix entend également s’imprégner de sa fougue et de sa curiosité. « Ces jeunes nous poussent dans le derrière, s’amuse-t-elle. Ils ont un autre point du vue sur notre métier, sur la vie. Ils n’ont pas les barrières que nous nous imposons, ils s’imaginent que tout est permis, que tout est possible. Et ils foncent. Le meilleur dirigeant d’entreprise est celui qui comprend l’intérêt de mélanger les générations, qui trouve l’équilibre entre la jeunesse et l’expérience. »

Si elle assure adorer ce rôle de formatrice, Martine Chagnon n’entend pas occuper de telles fonctions durant les 15 prochaines années. Mais que ce soit en tant qu’employée ou à la tête de son propre projet, elle répète à l’envi que son avenir, « son autre bout de carrière », c’est dans l’industrie hôtelière qu’elle le vivra. « Si j’avais eu la moindre hésitation, le moindre doute, le moindre regret, j’aurais tout arrêté, souffle-t-elle. Quand vous vous retrouvez sur les bancs de l’école à 46 ans, votre capacité d’apprentissage n’est plus la même qu’à 18 ans. Quand vous postulez sur un poste, vous savez que votre candidature ne sera pas la première retenue. Et quand vous êtes finaliste d’un Gala destiné à la relève, vous félicitez à l’avance l’autre finaliste, persuadée que le prix lui sera remis. Et puis vous entendez votre nom… »

(Crédit photo : Sophie Grenier Photographe / AQFORTH)

Pour suivre l’AQFORTH :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.