Maria Constanza Soria Di Carlo : Grand saut et petites douceurs

14 mai 2019 - Par Pierre-Alain Belpaire

Le 7 mai dernier, le Palais des Congrès de Montréal accueillait la 15e édition des Grands prix de la relève en restauration, tourisme et hôtellerie, organisés par l’AQFORTH (Association québécoise de la formation en restauration, tourisme et hôtellerie). Partenaire de l’événement, HRImag vous propose de découvrir, durant toute cette semaine, les portraits de quelques-uns des lauréats.

Pour parvenir à redorer le blason des métiers de l’univers des HRI et à attirer davantage de jeunes vers ces filières, nombre de décideurs ont souligné, au fil des derniers mois, l’importance de raconter des histoires. De belles histoires. « Ça tombe bien, j’ai pas mal de choses à raconter », sourit Maria Constanza Soria Di Carlo.

Récompensée dans la catégorie DEP Pâtisserie et Boulangerie, la jeune femme a évolué, durant 18 ans, dans un domaine tout à fait différent : l’architecture. Mais lors de réceptions, elle se rend compte que le volet événementiel l’intéresse particulièrement. Après un petit détour par l’architecture paysagère, elle réalise son rêve en s’inscrivant, en option pâtisserie, dans le défunt CFP Jacques-Rousseau, désormais rebaptisé École hôtelière de la Montérégie. « Ce fut toute une décision, sans doute l’une des plus importantes de ma vie », souffle-t-elle.

Cette décision, la lauréate l’a donc mûrement, longuement, sagement réfléchie. Dès 2013, elle se prend à s’imaginer changer d’univers et troquer ses crayons pour un rouleau à pâte. « J’avais peur de prendre un trop grand risque, avoue-t-elle pudiquement. Toute ma famille évoluait dans le milieu de l’architecture, c’était, en quelque sorte, la voie facile, logique. Mais à un moment donné, j’ai compris qu’il fallait que je fasse le grand saut. »

Après avoir suivi, en parallèle de sa formation en pâtisserie, un cours de lancement d’entreprise, Maria Constanza crée La Vie en Douceur, « son bébé ». Plaisirs sucrés, vaisselle ancienne, rassemblements familiaux, esprit vintage : la formule « à domicile » fait mouche. « Ça roule, confirme l’entrepreneure. Et ça me plaît énormément. Je fais plaisir aux gens, je leur donne un peu de bonheur, et ça, je l’apprécie ! En pâtisserie, le feedback du client, ce côté humain, tu l’as immédiatement, dans le regard et le sourire des gens. »

Persuadée d’avoir fait le bon choix, celle qui espère décrocher son diplôme l’an prochain rêve d’ouvrir, « un jour », un véritable salon de thé à La Prairie. « Et je sais déjà très précisément à quel coin de rues, lance-t-elle. Ce sera quelque chose de chic mais aussi un endroit dédié à la célébration de la vie, de la famille, de la joie. La fête, ça se marie toujours bien avec le sucré ! »

Malgré ses premiers succès sur la scène pâtissière, Maria Constanza Soria Di Carlo ne regrette nullement d’avoir voulu s’embarquer dans un nouveau cursus scolaire. Outre les aspects théorique et technique (« J’ai encore quelques difficultés avec le chocolat », concède-t-elle), elle estime que cette formation devra lui donner les clés sur le plan organisationnel. « C’est aussi une bonne façon d’intégrer cet univers qui est nouveau pour moi, note-t-elle. Je suis originaire d’Argentine et je dois encore apprendre à cerner la clientèle québécoise, savoir ce qu’elle apprécie, comment elle fonctionne, ce qui lui parle en termes d’emballage ou de marketing, … À l’École, on me donne ces codes. À moi de m’en servir par la suite. »

(Crédit photo : Sophie Grenier Photographe / AQFORTH)

Pour suivre l’AQFORTH :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.