Mais que se passe-t-il à 35 ans ?

29 novembre 2019 - Par François Pageau

LES RESPONSABLES DE RESTAURANTS ET DE DÉBITS DE BOISSON EMBAUCHENT UN GRAND NOMBRE DE JEUNES DE MOINS DE 24 ANS. OR, LES STATISTIQUES INDIQUENT QUE NOMBREUX SONT CEUX QUI QUITTENT CETTE INDUSTRIE AVANT DE CÉLÉBRER LEUR 35e ANNIVERSAIRE. POURQUOI ?

Dans l’actuel contexte de pénurie criante de personnel, les secteurs de la restauration et de l’hébergement se doivent d’intervenir sur différents plans pour attirer, développer, motiver et, surtout, retenir cette précieuse main-d’oeuvre. Connaître le profil des employés du secteur des HRI permettrait de mieux répondre à leurs attentes et, in fine, de plus aisément les convaincre de rester à l’emploi de votre entreprise.

L’âge des employés est un facteur important à considérer. Il permet de définir les intérêts des employés et leurs besoins liés à la réalité qui leur est propre et d’y répondre par des politiques et des conditions pertinentes. À partir des données fournies par le Conseil québécois des ressources humaines en tourisme (CQRHT), elles-mêmes tirées de l’Enquête nationale auprès des ménages 2016, on peut dresser des constats importants quant aux tranches d’âge des employés de l’industrie.

Restauration et hôtellerie : profils différents

En comparant les tranches d’âge dans lesquelles s’inscrivent les employés de la restauration et de l’hôtellerie, on constate des profils très différents. En restauration, les employés sont beaucoup plus jeunes ; on y emploie également peu de personnes de 65 ans ou plus. À l’inverse, les services d’hébergement embauchent proportionnellement moins de jeunes, mais plus de représentants des tranches d’âge plus élevées.

La restauration est une industrie reconnue pour constituer une entrée facile pour les plus jeunes qui veulent accéder au marché du travail et occuper un poste occasionnel ou saisonnier. Il est vrai que la chose s’avère particulièrement commode durant les études. Plusieurs postes demandent peu d’expérience et de diplômes scolaires.

En contrepartie, le travail en restauration est habituellement exigeant et difficile : on reste debout, la cadence est souvent élevée, les horaires incluent régulièrement les soirées et les fins de semaine, les salaires sont relativement maigres… Autant d’arguments qui découragent les plus de 34 ans, notamment les 65 ans et plus. C’est la raison principale pour laquelle ceux-ci sont actuellement moins représentés en restauration.

On quitte la restauration, on reste en hôtellerie

Les graphiques ci-dessus font également ressortir une diminution radicale du nombre d’employés ayant entre 25 ans et 34 ans (en comparaison avec les 15-24 ans) qui oeuvrent en restauration, et une baisse encore plus importante au-delà de 34 ans. Pourquoi ? En fait, après 25 ans, les études sont bien souvent terminées, et un changement de carrière s’impose, dicté notamment par des projets personnels et familiaux, la recherche d’une meilleure qualité de vie, l’achat d’une résidence ou encore la fatigue du métier. Ces facteurs poussent donc les employés à se diriger ailleurs.

Le secteur de l’hôtellerie semble avoir sensiblement plus de facilité à conserver ses contingents dans les tranches d’âge plus âgées. Les raisons sont diverses : structures organisationnelles plus imposantes, multiplication des postes de gestion, salaires et conditions de travail souvent très attirantes, postes syndiqués et offrant une certaine sécurité d’emploi…

Âges différents, besoins différents, conditions différentes ?

Partant de ces constats, faut-il traiter différemment les employés des diverses catégories d’âge ? Faut-il adapter les descriptions de poste et les conditions de travail aux besoins de chacun ?

Les restaurateurs ont, en toute logique, avantage à offrir des conditions de travail adaptées aux besoins des membres de leur personnel afin de les attirer et de les garder le plus longtemps possible. Mais le profil d’employé varie peu au sein d’une même fonction ; autrement dit, il y a un lien entre l’âge et le poste occupé. Il serait peut-être pertinent d’offrir des conditions de travail différentes selon les postes en tenant compte de l’âge moyen des employés qui les occupent. Il va sans dire que cette diversité des conditions de travail doit respecter les lois et règlements sur l’équité en matière d’emploi, des normes du travail et de la Charte des droits et libertés de la personne.

LES MOINS DE 24 ANS

À la lecture des données du CQRHT (2015) présentées dans ce graphique, on constate que plus du tiers des cuisiniers (38 %) et des serveurs (39 %) actifs au Québec figurent dans la tranche des 15-24 ans. On retrouve, dans cette catégorie, 26 % des chefs de cuisine. Sans surprise, les jeunes directeurs d’établissement sont peu nombreux (7 %).

Les conditions de travail axées sur les besoins des jeunes de moins de 24 ans sont habituellement liées à la flexibilité et à l’équité. Ces derniers sont aussi sensibles aux valeurs environnementales. Ils utilisent les technologies et sont très attachés à leur groupe d’amis. Ils portent attention à de nombreux avantages, pécuniaires ou non (rabais, proximité géographique, gratuité du transport, etc.).

DE 25 À 34 ANS

Dans la tranche suivante (25 à 34 ans), les proportions des serveurs (22 %) et des cuisiniers (19 %) chutent, mais restent assez similaires. On y trouve par contre davantage de chefs de cuisine (28 %) et de directeurs de restaurant (23 %). Notons au passage que, au Québec, plus de la moitié des chefs de cuisine (54 %) ont moins de 35 ans !

À cette période de la vie, les besoins et les attentes des individus se transforment. On remarque un transfert de la main-d’oeuvre affectée au travail « sur le plancher » vers des postes de gestion associés à des responsabilités accrues. Ces employés sont sensibles à la valorisation et au sentiment d’appartenance ressentis dans l’entreprise.

DE 35 À 44 ANS

C’est à 35 ans que tout change. Seulement 11 % des serveurs et 13 % des cuisiniers figurent dans la tranche des « 35-44 ans ». Le nombre de chefs de cuisine décroît aussi : ils ne sont que 15 % dans cette tranche d’âge. Une fois encore, et toujours sans véritable surprise, on trouve ici davantage de directeurs de restaurant (32 %).

Il est probable que, à cet âge, la seconde carrière débute : les études sont terminées, et la fatigue physique et la vie de famille incitent à choisir des emplois plus compatibles avec les nouveaux besoins de la vie. Ces employés sont plus sensibles aux formes de rémunération non pécuniaires et à la réalisation personnelle. C’est une période critique dans les choix de carrière future et dans la poursuite d’un nouvel équilibre de vie. On recherche alors les possibilités d’avancement.

LES 45 ANS ET PLUS

Enfin, au sein des « 45 ans et plus » (ce qui inclut notamment les 55 à 65 ans et les 65 ans et plus), on note d’importantes hausses, dans tous les postes, par rapport aux 35-44 ans ! On y retrouve ainsi 28 % des serveurs, 30 % des cuisiniers, 31 % des chefs de cuisine et 38 % des directeurs de restaurant.

Plus établis, les travailleurs de cette tranche d’âge sont attirés par des conditions de travail stables, prenant notamment la forme de rémunération indirecte comme l’assurance vie, accident, maladie ou médicaments, ou encore un régime de retraite ou de soins dentaires.

Deux grands groupes selon l’âge

Il ressort de toutes ces données et statistiques que les employés de la restauration se répartissent en deux groupes. Le premier est plutôt jeune et touche davantage les postes opérationnels de serveurs, de cuisiniers et d’hôtes (90 % de ces derniers ont moins de 24 ans !). Les membres du second groupe ont plus de 45 ans ; on y retrouve davantage des employés qui occupent des postes de gestion et à responsabilités, dont les directeurs de restaurant.

Un regard plus pointu sur les besoins des différents postes en fonction de l’âge des employés qui les occupent pourrait inciter les restaurateurs à repenser les conditions de travail qu’ils offrent. Et d’ainsi améliorer leur recrutement et le maintien en emploi.

Dans cette édition




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.