brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Macaronibar : Voyage dans l’underground rimouskois

 
26 mars 2021 | Par Laurence-Michèle Dufour
Crédit photo: Jean-Claude Leclerc
  • Ouverture officielle : 5 mars
  • Nombre de places assises : 30 en salle, 20 en terrasse
  • Propriétaire : Stéphanie Doucet
  • Chef : Ezra Huleatt

Stéphanie Doucet et Ezra Huleatt se sont rencontrés alors qu’ils étaient en voyage à Tulum. Elle, représentante médicale, et lui, musicien, ont tous deux de l’expérience en restauration. Les amoureux, qui adorent l’effervescence des voyages et des nouvelles rencontres, rêvent alors d’un projet commun : ouvrir une auberge au concept original et festif pour accueillir les jeunes quarantenaires. Alors qu’ils sont en repérage à Puerto Rico, un ennui de santé les contraint à rentrer d’urgence au Québec à la fin de l’hiver dernier.

Peu de temps après leur arrivée, une crise sanitaire et l’annonce impromptue de l’arrivée de la cigogne ont raison de leur plan initial. La décision de s’installer à Rimouski, d’où Stéphanie Doucet est originaire, s’impose donc. Mais le couple n’a pas dit son dernier mot. « Une amie est propriétaire de ce bâtiment et m’a proposé de reprendre le local, raconte la nouvelle maman. Il y avait un restaurant ici avant et le permis était encore actif. Comme je suis en congé de maternité, c’était le moment où jamais d’entreprendre notre projet. »

Espace vert et soirées open-mic

Ezra, qui découvre le climat rigoureux québécois, pense aussitôt à un concept pour réchauffer les clients de sa nouvelle terre d’adoption. Le macaroni au fromage semble le plat de prédilection pour réconforter et rassembler petits et grands. Il le décline en plusieurs versions et, à la demande, peut même concocter une version sur mesure pour le client. « Comme on s’est dit que les gens des bureaux autour allaient peut-être vouloir manger autre chose que du macaroni, des soupes, salades et sandwich santés sont aussi au menu », confie Stéphanie. Elle récupère ainsi une clientèle déjà bien établie de travailleurs du quartier.

Le petit local mis au goût du jour par les propriétaires pourra accueillir une trentaine de personnes quand la situation le permettra. « On a mis des murs de briques, des tableaux style jazz, de la musique très jazzy aussi... On voulait se sentir en Nouvelle-Orléans. Comme on est dans un quartier plus industriel, on souhaite que l’endroit devienne un petit peu comme le "underground" de Rimouski. On aimerait faire des soirées open mic et recevoir des chansonniers, créer un lieu d’échanges et de rencontres. »

En attendant le permis d’alcool, le couple se concentre sur la formule midi et ouvrira en soirée dès que l’équipe sera en place. La construction d’une terrasse d’une vingtaine de places assises débutera sous peu. Un espace qu’ils imaginent très vert, comme une petite jungle urbaine, qui ne serait pas sans rappeler les lieux de leur première rencontre. « La terrasse va vraiment contribuer à l’effet wow, précise Stéphanie Doucet. L’été s’en vient et tout le monde va avoir envie d’être dehors ! »

Pour suivre le Macaronibar :

Mots-clés: 01 Bas-Saint-Laurent
Ouverture/rénovation
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).