brightness_4
 

Loretta : une buvette qui met les viniers à l’honneur

 
16 mars 2023 | Par Caroline Devillers
Crédit photo: Loretta
  • Ouverture  : octobre 2022
  • Nombre de places  : 24
  • Propriétaire  : Alexandre Coupal

Loretta, une buvette ouverte à la mi-octobre dans le quartier de Villeray à Montréal, propose des vins issus de viniers - c’est-à-dire en boîte -, le tout à prix unique et dans un cadre « sans prétention ». C’est le premier établissement d’Alexandre Coupal, journaliste sportif encore actif.

« J’ai toujours voulu avoir un commerce aussi loin que je me souvienne, explique le propriétaire. L’accueil et l’art de vivre sont des notions innées chez moi et quand j’ai vu que le local [situé dans mon quartier] était libre, j’ai sauté sur l’occasion. C’est à partir du lieu que j’ai bâti le concept, ça aurait pu être autre chose qu’une buvette, mais c’est ce qui correspondait le mieux à l’espace. »

L’ idée de la buvette lui a été inspirée par le voyage d’un proche d’Alexandre Coupal en Italie. Le propriétaire a voulu créer avec Loretta un endroit où les gens peuvent se retrouver le soir. « Il est pensé pour les clients qui aiment prendre un verre à la sortie du travail et veulent passer un bon moment. »

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Une carte des vins à prix unique

Le propriétaire choisit principalement des viniers. Longtemps considérés comme de « mauvais vins », ils sont de plus en plus nombreux à en prendre la forme pour des raisons de conservation. Ils représentent aussi un avantage financier. Les trois blancs et les trois rouges proposés sont tous au même prix pour inciter les clients à faire un choix en fonction de leurs goûts.

« Quand je vais au restaurant, j’ai tendance à sélectionner les bouteilles les moins chères parce que je ne veux pas payer 200 $, précise Alexandre Coupal. Pour ma buvette, j’avais envie que les clients puissent se concentrer davantage sur les vins que les prix, et qu’ils aient accès à de bonnes choses à un prix raisonnable. »

La carte inclut des bouteilles dont la sélection change au fil des envies du propriétaire. Disponible à emporter, l’offre de vins permet d’augmenter le chiffre d’affaires de l’établissement qui compte pour le moment 24 places assises. L’accord de la mairie est encore attendu pour ajouter une terrasse et gagner une douzaine de places lors de la saison estivale.

En accompagnement, l’établissement propose des planches de fromages locaux et de charcuteries québécoises. Alexandre Coupal ne veut rien de trop élaboré : « Nous n’avons pas de mixologue, tous les cocktails que nous proposons sont des classiques. Il y a d’autres restaurateurs autour qui font des choses plus jolies, mais ce qu’on fait, on le fait avec soin. »

Créer une communauté

Les réseaux sociaux du Loretta sont mis à profit pour regrouper une communauté autour de titres musicaux. « On aimerait ça que ça devienne un élément central parce que l’ambiance de l’apéro est importante, ça contribue à passer un moment agréable, commente Alexandre Coupal. Si la musique est bonne, on peut se développer une petite réputation. »

Le propriétaire compare le métier de restaurateur à celui de journaliste : dans les deux cas, il est amené à rencontrer du monde. S’il a travaillé dans la restauration dans le passé, il n’a suivi aucune formation avant de se lancer en affaires. Il a toutefois repris contact avec son ancien responsable pour avoir des conseils de gestion à l’ouverture du Loretta. Il a opté pour un modèle d’affaires simple, le temps de prendre ses marques, avec la possibilité de développer le concept à l’avenir.

Pour suivre Loretta, 408 Rue Faillon Est :

Mots-clés: 06 Montréal
Ouverture / Rénovation
Restauration

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).