Local et artisanal : L’apéro québécois fait sa révolution

8 octobre 2019 - Par Marie-Ève Garon

Rose Simard et Max Coubès, les compères derrière le média 1 ou 2 Cocktails, ont sillonné les routes de la province afin d’aller à la rencontre des artisans et d’entamer une réflexion autour du thème de l’apéro au Québec. En plus de proposer un grand nombre de recettes originales, leur nouveau livre, magnifiquement photographié par Nesrine Brikci, met en valeur le savoir-faire local, l’effervescence toute nouvelle de la microdistillerie québécoise et le plaisir de se réunir autour d’un verre.

« Avec 1 ou 2 Cocktails, nous agissions pas mal sur tous les fronts dans cette industrie et nous voyions arriver cet engouement pour les produits locaux, raconte Max Coubès. Du côté des producteurs, nous constations une grande évolution qui coïncidait avec la multiplication des microdistilleries à travers la province. » Se sentant interpellé par la question, le tandem a voulu documenter le sujet dans le but de faire le point et d’outiller les gens sur l’utilisation des alcools québécois. Cette visite du territoire lui a également permis de mettre en lumière le travail des artisans qui font rayonner le terroir d’ici dans ce domaine en émergence.

Au cours des 18 derniers mois, Max Coubès a constaté un intérêt de plus en plus marqué de la part des consommateurs pour les cocktails à base d’ingrédients locaux. « L’engouement pour l’achat local, notamment en ce qui concerne la nourriture, a énormément influencé la manière de consommer les spiritueux, ce qui a forcément eu un impact sur l’heure de l’apéro. »

À travers leur périple, les auteurs ont été à même de constater que les spiritueux québécois connaissent une popularité sans précédent non seulement dans les grands centres, mais également dans les villages et les différentes régions du Québec. Selon eux, c’est également une tendance qui gagne du terrain rapidement dans les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie. « Partout dans la province, l’apéro se voit teinté des produits artisanaux provenant de leur région respective, note Rose Simard. Par exemple, aux Miels d’Anicet dans la municipalité de Ferme-Neuve, on retrouve une carte avec des vins exceptionnels et des spiritueux locaux qui n’a rien à envier aux adresses montréalaises. » Ce qui semblait réservé aux grandes tables de Montréal, ajoute-t-elle, ne l’est plus désormais.

La culture québécoise de l’apéro

Même si la période de l’apéro subit actuellement une transformation au Québec, elle n’est pas pour autant ancrée dans nos mœurs. « Nous sommes davantage dans la culture du 5 à 7 qui valorise les spéciaux, tels que les 2 pour 1 ou les rabais sur la bière, poursuit la jeune femme. La culture méditerranéenne de l’apéro mise davantage sur des cocktails à faible teneur en alcool puisque l’accent est mis beaucoup plus sur la rencontre que sur la consommation en tant que telle. Nous nous dirigeons dans cette direction, mais nous n’avons pas encore adopté ce mode de vie-là. » Peu à peu, les hôteliers proposent des cartes de cocktails légers et de mocktails qui permettent aux clients de consommer autrement et à différents moments de la journée. « Ça représente également une source de revenus supplémentaire pour l’établissement. »

Outre les whiskys, les prochains mois s’avéreront fastes en termes de spiritueux québécois avec notamment l’arrivée de l’Acérum, élaboré à partir de la distillation d’un sous-produit de l’érable. « L’émergence de ces nouveaux alcools, qui se trouvent actuellement dans les barils chez les producteurs, permettra de diversifier l’offre et d’utiliser autre chose que le gin », sourit-elle. De plus en plus d’établissements mettent en valeur les spiritueux québécois puisque la clientèle en est friande et semble prête à payer davantage pour obtenir des produits régionaux. « Le consommateur a tendance à valoriser le produit québécois, mais il le garde pour des occasions spécifiques. Lorsqu’il souhaite faire la fête, il se tournera davantage vers un Bacardi, par exemple, pour des considérations de coûts », précise Max Coubès.

Le duo s’entend, enfin, pour dire que l’univers des microdistilleries québécoises se montre extrêmement dynamique. « J’ai été à la fois surprise et épatée de voir l’attachement de chaque artisan et de chaque région envers ses produits », confie Rose. « Notre livre a évolué au fil des rencontres grâce à ce vif engouement ressenti sur tout le territoire », renchérit Max.

L’apéro au Québec – Cocktails locaux et de saison, publié chez KO Éditions est maintenant disponible en librairie.

(Crédit photo : Nesrine Brikci)

Pour suivre 1 ou 2 Cocktails :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.