brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Livraison : Getit Local veut concurrencer les applis traditionnelles

 
16 février 2021 | Par Leïla Jolin-Dahel
Crédit photo: Getit Local

Un nouveau joueur dans les services de livraison de repas désire faciliter la vie aux restaurateurs. L’application Getit Local à Ottawa affirme être plus avantageuse que les Doordash, Uber Eats et SkipTheDishes de ce monde quant aux frais déboursés par les établissements. Ainsi, au lieu de facturer une commission chaque fois qu’un client commande via l’application, Getit Local propose plutôt une formule de frais fixes variant entre 100 et 700 $ par mois.

« Notre but est d’être la solution qui fonctionne pour que les restos puissent faire de l’argent sur les livraisons via un tiers », explique le cofondateur de l’entreprise, Ben Lacroix. Il estime que cette alternative est « bien meilleur marché » en comparaison aux frais qui peuvent s’élever jusqu’à 3 000 $ par mois avec les applications traditionnelles, qui font payer jusqu’à 30 % de frais de commission. Getit Local désire mieux rémunérer les livreurs que les applications traditionnelles, avec un frais unique de 5 $ facturé aux clients par commande, en leur laissant également l’entièreté des pourboires.

La technologie pour soutenir les restos

L’entreprise a été lancée en janvier dernier et compte actuellement une trentaine de clients, des restaurants à Ottawa et Gatineau, dans le secteur Hull. Entre 30 et 40 établissements supplémentaires feront leur apparition sur l’application le mois prochain, promet Ben Lacroix, qui travaillait dans le sport et le divertissement avant la pandémie. « Quand la COVID-19 a frappé, on a décidé de détourner notre technologie pour soutenir la communauté, se souvient-il. On a vu comme les restaurants avaient besoin d’aide. »

Getit Local ne compte pas se limiter à la région de la capitale fédérale, mais bien s’étendre partout dans le pays. D’ici trois mois, l’entreprise déploiera notamment son service aux villes ontariennes d’Orléans et Kanata, toutes deux en banlieue d’Ottawa. Ben Lacroix espère même pouvoir atteindre le marché de Montréal et Québec d’ici les six à neuf prochains mois. « Mais s’il y a plus de demande, on peut bouger ça plus tôt », envisage-t-il.

L’homme d’affaires voit également au-delà de la pandémie, prévoyant de maintenir son service pour les restaurants qui désirent continuer à offrir la livraison une fois leur salle à manger rouverte. « On veut être la solution durable pour les restos dans le futur. »

Pour suivre Getit Local :

Mots-clés: Technologie
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).