Les institutions mangent local (5/5) : « On aurait voulu faire plus »

 
25 septembre 2020 | Par Laurence-Michèle Dufour

La deuxième édition des Institutions mangent local ! se tenait cette semaine (du lundi 21 au mercredi 23 septembre) dans plusieurs dizaines d’institutions québécoises. L’objectif des organisateurs (Équiterre et Aliments du Québec au menu) est d’inciter garderies, écoles et autres hôpitaux à manger et à cuisiner local, de valoriser les initiatives prises par ces différents acteurs mais également d’inciter d’autres institutions à se laisser tenter par les aliments produits et transformés ici.

Pour souligner l’événement, HRImag vous propose, durant toute la semaine, cinq portraits d’institutions inspirantes et inspirées.
 

Le CHU de Québec-Université Laval est le plus gros centre hospitalier de soins spécialisés au Québec. Regroupant cinq hôpitaux répartis à travers la ville de Québec, il dessert la population de tout l’Est de la province. Pour alimenter visiteurs, patients et employés, l’institution s’appuie sur cinq services alimentaires, dont la production est concentrée dans deux de ses centres pour être ensuite redistribuée. Chaque année, ce sont 3,5 millions de repas qui sont donc servis dans toute cette organisation.

« On aurait voulu faire plus pour cette première participation aux Institutions mangent local !, se désole Stéphane Schaal, conseiller en développement durable de l’établissement. La décision a été prise tardivement en raison de la situation actuelle et avec nos menus qui doivent être décidés à l’avance, c’est très difficile de se retourner sur un dix sous, comme on dit. »

Au menu de tous les cinq services alimentaires ce mercredi s’affichait malgré tout un dessert célébrant les petits fruits d’ici : un blanc-manger garni de fraises, de bleuets et de framboises récoltés par Bleuets Chaudière-Appalaches, une société en nom collectif regroupant plusieurs petits producteurs de la région.

« On achète 1500 kilos de petits fruits chaque année à cette entreprise, explique Stéphane Schaal. Ils ont même adapté leurs modes d’emballage et de livraison pour répondre à nos besoins. C’est un clin d’œil à ce genre de collaboration qu’on a donc décidé de faire pour l’occasion. »

Avec de tels volumes, il est facile d’imaginer que le travail soit fait en amont et qu’il nécessite la contribution de plusieurs acteurs. Un « clin d’œil » de cette envergure peut en effet avoir beaucoup d’impact sur les producteurs québécois.

En 2017, un diagnostic d’approvisionnement alimentaire local fut réalisé par le CHU dans le but d’intégrer le volet institutionnel du programme de reconnaissance Aliments du Québec au menu. Bien que la participation à ce projet n’ait finalement pas eu lieu, les résultats de l’étude se révélaient fort encourageants : 67 % du volume total des denrées alimentaires commandées par le centre hospitalier étaient locales.

« En fonctionnant par appels d’offres, il est possible de demander aux fournisseurs que les produits provenant du Québec soient priorisés. C’est là-dessus qu’on doit mener le combat, déclare le conseiller. Le principal frein à cette démarche demeure le volume nécessaire pour un approvisionnement continu. Bien que nos menus soient variés, on ne peut être aussi flexibles qu’un restaurant, par exemple. »

Une partie des achats relèvent toutefois du groupe d’approvisionnement commun de l’Est du Québec (GACEQ), qui exige des fournisseurs qu’ils répondent à des critères de développement durable tout en respectant certains accords d’échanges commerciaux avec d’autres provinces.

Avec l’appui du gouvernement québécois, qui souhaite faire avancer les choses en déployant une Stratégie nationale d’achat d’aliments québécois, il y a fort à parier que les 168 000 kilos de pommes de terre nécessaires annuellement aux services alimentaires du CHU proviendront bientôt intégralement de producteurs d’ici.

(Crédit photo : anrita /Pixabay)

Pour suivre Équiterre :

Pour suivre Aliments du Québec :

Mots-clés: 03 Capitale Nationale (Québec)
Entrevue
Produits du terroir
Services institutionnels

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).