Les hôteliers à Ottawa pour « faire passer un message clair »

18 octobre 2017 - Par Pierre-Alain Belpaire

Le 6 octobre dernier, les représentants des associations hôtelières des différentes provinces et les responsables de l’Association des Hôtels du Canada (AHC) rencontraient, à Ottawa, une cinquantaine de députés et sénateurs et s’entretenaient avec la ministre du Tourisme, Bardish Chagger. Pour représenter les hôteliers québécois, l’Association Hôtellerie Québec avait dépêché dans la capitale fédérale Xavier Gret, directeur général de l’AHQ, et Jason Trottier, du Regroupement des hôtels de la région de l’Outaouais.
 
 
HRImag : Xavier Gret, une activité de cette ampleur sur la colline parlementaire, est-ce une première ?

Oui. Et c’est une excellente chose !

En quoi consistait exactement cette journée ?

Répartis en petits groupes, nous avons eu l’occasion de rencontrer plusieurs élus. Mon objectif était évidemment de rencontrer en priorité les représentants francophones, de tous partis confondus. Nous avons en outre pu discuter sur l’heure du lunch avec la ministre fédérale.

Deux thématiques principales avaient été ciblées : la pénurie de main-d’œuvre et l’hébergement illégal (et notamment le dossier Airbnb). Comment ont réagi les élus rencontrés ?

Dans l’ensemble, de manière très positive. Ils semblaient très intéressés par ces questions, très curieux d’entendre nos avis. Certains nous ont réorientés vers d’autres députés, d’autres ministres. On a pu leur expliquer la réalité du terrain, le quotidien que vivent les hôteliers québécois et canadiens et leur faire comprendre que ces deux enjeux devaient être traités comme des priorités absolues par le fédéral.

Avaient-ils conscience de l’ampleur des problèmes et de l’urgence de les régler ?

Malheureusement, non. L’industrie hôtelière est un peu le parent pauvre dans le dossier de la main-d’œuvre. Les élus sont davantage sensibilisés à ce qui se passe dans d’autres secteurs, comme le commerce du détail. Nous souffrons d’un manque de reconnaissance.

D’où la présence de représentants des différentes provinces à Ottawa aux côtés de la présidente de l’AHC, Susie Grynol…

Tout à fait. De voir ainsi des gens de l’Alberta, de la Saskatchewan, de l’Ontario ou du Québec intervenir avec le même discours et évoquer les mêmes difficultés, cela ne peut qu’avoir un impact fort. Après tout, ce sont deux problématiques pancanadiennes !

Comment avez-vous abordé ces dossiers complexes ?

Notre but était de faire passer des messages clairs. Prenez Airbnb par exemple : nous ne voulons pas la guerre, nous voulons une équité fiscale. On veut jouer sur la même patinoire. Si, en 2016, Airbnb avait été taxé comme les autres acteurs hôteliers, cela aurait amené 86 millions de dollars dans les poches du gouvernement. Ça, croyez-moi, ce sont des chiffres qui parlent aux élus.

En plus des deux thématiques, vous avez personnellement tenu à ajouter un troisième sujet, les OTA (Online Travel Agencies). Pourquoi ?

Parce que quand on explique aux gens le tort que nous causent les Booking et Expédia de ce monde, ils ne comprennent pas toujours. L’action de ces OTA a pourtant de grandes conséquences sur la valeur de nos entreprises hôtelières. Une fois encore, nous ne leur déclarons pas la guerre, nous exigeons simplement des règles claires et identiques pour tous. Il faut que le fédéral se penche enfin sur l’encadrement législatif des nouvelles technologies : sur ce point-là, le Canada est très nettement en retard.

Alors qu’approchent différentes élections, allez-vous mettre davantage de pression sur les élus et gouvernements ?

Nous allons être très présents, c’est certain. J’en profite d’ailleurs pour lancer un message aux quelque 550 membres de l’AHQ : allez voir votre maire, contactez votre député provincial ou fédéral, parlez-leur. C’est ainsi que nous ferons passer notre message !
 
(Sur la photo de gauche à droite : Xavier Gret (AHQ), Susie Grynol, (AHC), Tony Elenis (Association des hôtels et restaurants de l’Ontario) et Jason Trottier (Regroupement des hôtels de l’Outaouais. Photo tirée de la page Facebook de l’AHC)
 
Pour suivre l’Association Hôtellerie Québec :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.