Les étudiants du Cégep Limoilou aux commandes d’un hôtel du Vieux-Québec

7 mars 2018 - Par Pierre-Alain Belpaire

Comme l’an dernier, un petit groupe d’étudiants en Techniques de gestion hôtelière du Cégep Limoilou s’est vu remettre les clés de la Maison Ste-Ursule, un petit hôtel installé au cœur du Vieux-Québec. Du 9 au 18 mars prochain, ces futurs travailleurs de l’industrie hôtelière géreront seuls (ou presque…) cet établissement transformé, pour l’occasion, en hôtel-école. Les étudiants de 1ère année prennent en charge la gestion, les opérations, les ventes et la promotion, tandis que ceux inscrits en 2e année les superviseront et agiront comme conseillers.

À quelques heures du début de cette aventure aussi originale qu’exceptionnelle, la directrice générale adjointe du projet, Maria Allison, cache difficilement sa nervosité. « C’est un mélange de fébrilité, d’excitation et de stress… », confie la jeune femme de 22 ans.
 
 
HRImag : Maria Allison, dès ce vendredi, vos équipes prendront le contrôle d’un hôtel du Vieux-Québec. On sent que vous avez hâte d’y être…

Tellement ! On va enfin pouvoir mettre la main à la pâte. Cela fait des mois qu’on attend ça, qu’on se prépare, qu’on travaille sur ce dossier. Nous ne sommes qu’en 1ère année, nous avons énormément à apprendre et je suis certaine que cette expérience va nous faire beaucoup avancer.

Quel est, selon vous, le principal intérêt d’une telle activité ?

De nous faire sortir de nos classes ! Depuis la rentrée, on est beaucoup dans nos livres, on apprend beaucoup de théorie. Bien sûr, c’est important, mais le terrain l’est tout autant. Vous savez, le stage de 3e année nous semble encore bien loin. Cette semaine va nous permettre de nous tester, de nous faire une meilleure idée du quotidien dans un hôtel, de savoir si on apprécie ça… ou pas.

Comment avez-vous abordé ce projet ?

Depuis le mois de décembre, nous nous préparons, parfois en groupe, parfois selon notre département et nos responsabilités : les ventes, les chambres, les forfaits… Chacun sait parfaitement ce qu’il a à faire.

Quels obstacles avez-vous rencontrés durant ces semaines de préparation ?

Le plus délicat, ce fut sans doute le dossier du marketing et de la vente des chambres. Nous aurions préféré éviter les outils comme Booking et prendre uniquement les réservations par téléphone. Mais nous avions des difficultés à vendre toutes nos chambres. En changeant notre angle d’approche et en ouvrant les réservations sur Booking, on a eu de meilleurs résultats. Je crois que c’est un bon apprentissage de la réalité des hôteliers.

De belles surprises durant ces trois derniers mois ?

Oui, on a eu un excellent accueil des collaborateurs, des partenaires. On sent que les gens nous font confiance.

Les propriétaires de l’hôtel semblent aussi vous faire entière confiance : ils ne seront pas présents durant ce « stage »...

Ils nous ont donné les clés : c’est notre hôtel durant toute la durée du projet ! Il faut dire qu’habituellement, l’hôtel est fermé à cette période.

Les clients sont-ils au courant qu’ils participent à un bien curieux projet ?

Pas tous : ceux qui ont effectué leurs réservations par téléphone ont eu quelques explications ; ceux qui sont passés par Booking le découvriront sur place.

Est-ce exactement le même exercice que l’an dernier ?

Ça y ressemble très fort. On a pris connaissance de leurs chiffres, de leurs conclusions. Ça nous a permis aussi de rectifier un peu le tir. L’année passée, ils avaient mis beaucoup d’énergie sur des détails qui avaient peut-être un peu moins bien fonctionné. La nouveauté, c’est aussi qu’on a décidé d’inclure dans le prix un petit-déjeuner qui sera offert chaque matin sous forme de boîte à lunch.

Quelles seront les suites ?

Le projet n’étant pas obligatoire, nous ne serons pas évalués. Mais nous, les étudiants, tenons vraiment à ce qu’il y ait un suivi. C’est en mettant le doigt sur nos erreurs qu’on apprendra.

À titre personnel, vous vous retrouvez directrice adjointe de cet hôtel-école. Pourquoi ce poste ?

J’aime l’hôtellerie mais je ne me vois pas occuper les fonctions de concierge ou de responsable des chambres. Le marketing, la gestion, la direction, tout ça me parle déjà bien plus. Mais bon, nous n’en sommes qu’au début de notre parcours étudiant, j’ai encore le temps…

(La maison Ste-Ursule)

Pour suivre le Cégep Limoilou :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.