LE COMMERCE DE LA RESTAURATION ALIMENTAIRE E

Les employés

21 mai 2018 - Par Christian Latour

.........

Les conditions de travail du secteur de la restauration diffèrent de celles de nombreuses autres industries, notamment en raison des horaires plus longs et irréguliers. La nature du travail est également passablement différente étant donné l’importance du contact et de la relation employée « serveur » et client « servi ».

Les travailleurs d’aujourd’hui veulent de plus en plus participer à leur entreprise et évoluer avec celle-ci. Or, les règles de gestion actuelles focalisent beaucoup sur l’importance de la dépense salariale. Les propriétaires d’entreprise de restauration alimentaire souvent obnubilés par une vision à très court terme (ils n’ont souvent pas le choix) cherchent désespérément à améliorer leur productivité. Par conséquent, la réalité des travailleurs et celle des dirigeants évoluent parfois dans des directions opposées, cela entraîne certaines tensions, la plupart du temps dévastatrices.

« [...] une entreprise ne peut survivre si elle n’est pas rentable. Pour qu’elle soit rentable, il faut que ses employés lui rapportent plus que ce qu’ils ne lui coutent. » — Olivier Roland (2016, p. 227)

« En fait, tous les employés de la planète sont aussi des chefs d’entreprises. Ils sont juste les dirigeants d’une petite entreprise qui n’emploie qu’une seule personne. Et ils proposent une seule prestation de service et n’ont qu’un seul client. » — Olivier Roland (2016, p. 230)

« Pour moi un employé est un générateur de revenus et il faut que chaque membre de mon personnel le soit. » — François Lambert (2017, p. 29)

« Chaque employé de l’entreprise sert à générer des revenus à sa façon. » — François Lambert (2017, p. 30)

« L’employé quel que soit son rôle, doit être un ambassadeur de l’entreprise ; il doit être fier de travailler pour elle. C’est à nous, entrepreneurs, de faire en sorte qu’il le soit, de lui offrir les outils pour cela. Le principal outil, c’est bien entendu l’argent. On doit donc lui donner un salaire concurrentiel. » — François Lambert (2017, p. 30)

« En fait dans la vie de tous les jours, l’employé veut deux choses (outre le salaire qui a été établi dès le départ et qu’il a accepté) : la reconnaissance et la liberté. » » — François Lambert (2017, p. 30)

« Les employés ne travaillent pas seulement pour toucher un salaire, je le répète. Ils sont des ambassadeurs de la compagnie. Lorsqu’ils arrivent chez eux, ils doivent pouvoir dire à leur conjoint : “aujourd’hui, j’ai eu du fun.” » — François Lambert (2017, p. 31)

« Un employé qui n’aime pas son travail fait perdre des ventes à l’entreprise. » — François Lambert (2017, p. 32)

« Même si l’employé ne lui parle pas, le client est influencé par son comportement. » — François Lambert (2017, p. 33)

« On dit souvent que le client a toujours raison et doit toujours être content. Mais il s’agit là de la finalité. Si on veut que les clients soient contents, on doit faire en sorte que les employés le soient. C’est un effet boule de neige. » — François Lambert (2017, p. 33)

« Travaillez pour vos employés, rendez-les heureux, reconnaissez leurs bons coups, faites-leur sentir qu’ils contribuent au succès de l’entreprise. Ils ne sont pas une dépense. Ils vont se battre corps et âme pour votre compagnie. Ils sont des générateurs de revenus, quoi qu’ils fassent au sein de l’entreprise. Si ce n’est pas le cas pour l’un d’entre eux., alors vous n’avez aucune raison de le garder. Congédiez-le tout de suite. Il n’a rien à faire dans votre entreprise. » — François Lambert (2017, p. 33-34)

« Il faut prendre son temps pour embaucher un employé, s’assurer qu’il s’agit de la bonne personne, qu’il va être un bon ambassadeur pour notre compagnie. Mais il faut être capable de le congédier rapidement le jour où on se rend compte qu’il n’est plus efficace, quelle qu’en soit la raison. » — François Lambert (2017, p. 42)

« La gaffe qu’on fait souvent, c’est d’embaucher quelqu’un très vite en se disant qu’il va nous dépanner en attendant. » — François Lambert (2017, p. 42)

« Quand on donne l’heure juste, les employés sont derrière nous. Dans le cas contraire, ils passent les trois quarts de leur temps dans l’entreprise à chialer. » — François Lambert (2017, p. 45)

« Lorsqu’on lance une entreprise, autant viser le monde entier. C’est le même travail. Qu’on ait trois employés ou cinq mille, je le sais par expérience, on accomplit les mêmes tâches. » — François Lambert (2017, p. 63)

.........

✓ La fable de l’employé qui aimait son travail... mais qui détestait son patron.

✓ La gestion des entreprises de restauration s’effectue toujours sur 3 plans : l’information, les gens et l’action !

.........

MÉDIAGRAPHIE

Manuel de (gestion / réflexion) du restaurateur presque parfait ☺




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.