Les aubergistes de la province se rallieront autour d’une marque

21 mai 2018 - Par Alexandra Duchaine

Les aubergistes québécois se rassembleront autour d’une image de marque. Un comité de travail, mis en place par l’Association Hôtellerie Québec (AHQ), s’emploie à la développer.

L’aubergiste Nancy Lemieux fait partie de ce comité. Au bout du fil, elle explique l’urgence de faire connaître la singularité de sa catégorie d’hébergement : « Partout au Québec, les auberges sont de véritables attraits touristiques. Les visiteurs y dorment pour vivre une expérience unique, plus authentique et intime qu’à l’hôtel. Ils y découvrent les produits du terroir que nous proposons, rencontrent des gens de la région et c’est ce que nous voulons mettre de l’avant », résume-t-elle.

Aux quatre coins du Québec, les aubergistes traversent des temps difficiles. Plusieurs établissements ferment leurs portes, faute de visibilité. C’est que la plupart des propriétaires ne disposent pas de moyens financiers et techniques pour promouvoir leurs lieux. « Ensemble, par la force du nombre, nous pourrons le faire, fait valoir Nancy Lemieux. En déployant une identité, un nom, un sceau, une bannière, un slogan, une image, quelque chose qui représente toutes les auberges de la province, il sera plus facile d’aller chercher de la clientèle ».

Tous les aubergistes sont dans leur patelin, isolés, en vase clos. « Il faut pouvoir se reconnaître, se parler, se consulter, se référer, déterminer et communiquer les critères de qualité et les valeurs auxquels nous répondons », énumère celle qui possède l’Auberge des Glacis, à l’Islet.

150 000 dollars
Les aubergistes du Québec, qui ne sont pas reconnus par la Corporation de l’industrie touristique du Québec (CITQ) comme faisant partie d’une catégorie d’hébergement distincte, se plaignent d’être les grands oubliés du parc hôtelier québécois. À plusieurs reprises, ils ont fait pression sur le gouvernement provincial, qui leur a offert 150 000 dollars sur trois ans pour mettre en valeur leur offre.

Grâce à cette somme, Nancy Lemieux et les autres membres du comité de travail, - deux aubergistes et le président-directeur général de l’AHQ, Xavier Gret -, feront le tour du Québec afin de sonder les besoins et les objectifs des aubergistes quant à l’image de marque qu’ils souhaitent déployer. L’aide financière leur a aussi permis de faire appel à une firme de communication qui créera leur nouvelle identité.

Le comité de travail a bien des projets en tête. Il désire notamment présenter un tour des auberges du Québec, sorte d’itinéraire que les clients pourraient répéter pour découvrir les merveilles de la province. L’image de marque pourra se révéler de plusieurs manières, par le biais d’un site internet ou de publicités télévisuelles, par exemple.

Vocation
Contactée par téléphone vendredi, Nancy Lemieux interrompait parfois la conversation pour souhaiter la bienvenue aux nombreux touristes qui entraient dans son sanctuaire, en ce début de la longue fin de semaine de la fête des Patriotes. « Être aubergiste, c’est une vocation, c’est travailler tout le temps. On est toujours là, à l’entrée, prêts à développer des liens, à accueillir chaleureusement quiconque entre chez nous. C’est ce qu’on veut, c’est ce qu’on aime ». Et c’est ce qu’ils désirent mettre au jour.

Être aubergiste, c’est un métier noble que trop peu de jeunes envisagent. Le comité de travail de Nancy Lemieux souhaite « redorer » la profession afin d’attirer de futurs entrepreneurs dans ce qu’elle nomme « le fleuron du parc hôtelier québécois ».

L’ex-journaliste en est persuadée, nulle part ailleurs au Canada, aux États-Unis ou même dans le monde, on retrouve un nombre aussi important d’aubergistes passionnés. Elle espère que la nouvelle image de marque permettra le rayonnement à l’international de cette offre bien québécoise.

(Crédit photo : Auberge de Glacis)

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.