brightness_4
brightness_4
Le média des professionnels de la restauration et de l'hébergement
PUBLICITÉ
 

Les Fêtes de fin d’année devraient être modérées en restauration

 
1er novembre 2022
Crédit photo: Unsplash / Antenna

Après des Fêtes de fin d’année timides l’année dernière à cause des restrictions liées à la pandémie, elles devraient reprendre normalement cette année dans l’industrie de la restauration, mais sous le signe de la modération.

« Il y a quand même eu de belles dépenses pendant les vacances cet été, mais à l’automne, la réalité budgétaire nous rattrape, explique David Dupuis, responsable du programme de premier cycle en économie à l’Université de Sherbrooke, dans une entrevue avec La Presse. Là, on entend déjà que les urgences sont à pleine capacité, rajoutons à ça la poussée des taux d’intérêt et les risques de récession : c’est un trio parfait pour un peu de frugalité à l’approche des Fêtes. »

Les réservations pour les fêtes de bureau ont commencé dès l’été, mais l’incertitude économique et la COVID-19 semblent avoir un impact sur les célébrations. Cela inquiète les restaurateurs : « Après deux ans de pandémie, les gens avaient hâte au party de bureau. Mais là, je remarque depuis quelques semaines qu’ils sont un peu sur les freins au lieu de vouloir dépenser et de faire des folies », constate Marc-André Jetté, chef propriétaire de Hoogan et Beaufort à Montréal.

Dans Lanaudière, Matthieu Bonneau, propriétaire du bistro Le Coup monté, observe le même phénomène. Son téléphone avait commencé à sonner au mois d’août pour des réservations de fêtes de bureau et plusieurs soirs affichent complets, mais il reste de la place dans certaines tranches horaires. Bien que le mois d’octobre ne soit pas reconnu pour être le plus achalandé en restauration, le ralentissement cette année est déjà plus grand qu’en 2019, note Matthieu Bonneau. Ses réservations sont inférieures de 30 % par rapport à la même période il y a trois ans.

Une période calme amenée à durer

L’Association Restauration Québec (ARQ) se dit confiante que les affaires seront bonnes en décembre dans les salles à manger. Martin Vézina, porte-parole de l’ARQ, reconnaît toutefois qu’il y a eu une accalmie au cours des dernières semaines en matière de fréquentation.

« Les gens vont se serrer la ceinture, explique-t-il, c’était le cas avant, mais avec l’inflation et le spectre de la récession, on sent déjà que janvier, février, des mois traditionnellement tranquilles, vont être encore moins achalandés. »
Par ailleurs, la période des Fêtes risque de n’être qu’une parenthèse, selon Martin Vézina. Une fois celle-ci passée, il s’attend à des mois calmes en 2023.

Pour lire l’article en entier : Des partys de Noël sans excès

Mots-clés: Québec (province)
Événement
Revue de presse
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).