brightness_4
 

Le restaurant Mamie ouvre sa table d’hôte

 
9 décembre 2022 | Par Caroline Devillers
Crédit photo: La Boucherie de Mamie
  • Ouverture : février 2023
  • Nombre de places : 20 places assises
  • Propriétaire : Max Rosselin

Ouvert en mai 2020, le bar-restaurant montréalais Mamie s’agrandira l’année prochaine avec La Boucherie de Mamie, qui sera aussi une table d’hôte. Elle sera juxtaposée à son cellier La Cave de Mamie, qui propose plus de 250 références de vins d’importation privée.

Lorsqu’un local voisin du Mamie s’est libéré, le propriétaire Max Rosselin a décidé de rallier un nouveau concept à son bar-restaurant. Ce nouvel établissement sera hybride, une idée qui lui est venue après avoir passé quelques jours à la rencontre de charcutiers-bouchers en Italie. De 9h à 18h, il s’agira donc d’une boucherie traditionnelle avec un espace traiteur et à partir de 18h, le lieu se transformera en une table d’hôte pouvant accueillir jusqu’à 20 personnes.

L’espace restauration se situera directement dans les cuisines, derrière le comptoir de la boucherie. Il se voudra convivial avec une seule table où l’ensemble des clients prendront place. Il y aura deux services et la table d’hôte sera ouverte du mardi au samedi, le soir uniquement. Comme au bar-restaurant, les plats servis se voudront simples, réconfortants, dans le respect des traditions. L’objectif est de travailler cinq viandes présentes à la boucherie - le bœuf, le porc, l’agneau, la volaille et le sanglier - pour les présenter sous différentes formes lors du cinq services. Du vin sera également proposé, soit en formule illimitée avec des vins québécois, soit au verre à partir de bouteilles importées. Le menu sans vin sera offert au prix unique de 85 $ tandis que celui avec vin sera à 115 $.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Servir des produits locaux en circuit court

Tous les produits présents dans la boucherie seront des viandes locales, provenant de fermes situées à moins de 75 km de l’établissement. L’agneau, par exemple, est celui de la Ferme D’ORée à Newport (Estrie), le porc est issu de la ferme Le Porc de Beaurivage à Saint-Patrice-de-Beaurivage (Chaudière-Appalaches) ou encore le bœuf arrive de la Ferme Badger qui élève des bœufs Highland à Bolton-Ouest (Estrie).

La Boucherie de Mamie mettra en vente des produits connus - onglet, bavette ou encore côte de bœuf - et d’autres qui le sont moins - araignée, poire, museau, etc. La partie traiteur proposera des plats typiquement français comme de l’andouillette et des bouchées à la reine, puisque c’est la nationalité de l’entrepreneur originaire de Lille.

Il ajoute que l’avantage d’avoir désormais un cellier, une boucherie et un restaurant, est que les pertes sont minimales : « On arrive à viser le zéro déchet puisqu’on ne jette presque rien. Par exemple, si un produit comme le fromage, la charcuterie ou la viande, est sur le point de passer date, on peut l’apporter en cuisine et le servir rapidement. »

Il a travaillé avec Jour de la Terre, une association située à Montréal qui accompagne les personnes et les organisations à diminuer leur impact environnemental. Mamie et La Cave de Mamie sont depuis équipés de grands bacs de compostage pour réduire les déchets.

Un bar-restaurant populaire

Mamie est un hommage à la grand-mère de Max Rosselin. Élevé par ses grands-parents jusqu’à l’âge de 14 ans, c’est à leur décès qu’il a pris la décision de faire quelque chose en leur honneur. « C’est ma grand-mère qui m’a initié aux bons petits plats, à la charcuterie et au fromage. Quand j’étais petit, par exemple, pour me faire prendre mon bain le soir, elle ajoutait à côté de la baignoire cinq rondelles de saucisson et un verre de Coke ! »

Celui qui a commencé sa carrière professionnelle en travaillant dans la publicité a finalement décidé d’ouvrir son bar-restaurant après s’être initié à la restauration dans plusieurs adresses montréalaises pendant deux ans. Il a travaillé ainsi à la Buvette Chez Simone ou encore au restaurant le Mile-Ex. En mai 2020, il a ouvert son premier établissement qu’il a été immédiatement obligé de fermer à cause des restrictions liées à la pandémie.

« Il a fallu vite s’adapter parce qu’on ne pouvait pas vraiment se réinventer, on existait à peine, se souvient l’entrepreneur. Il a fallu s’organiser et faire des offres à emporter pendant trois mois. Mais on a été chanceux parce que ça a super bien marché grâce aux gens du quartier. Ils voulaient nous aider alors on allait livrer nos planches de charcuterie et de fromages partout dans Montréal ! »

Mamie a officiellement ouvert ses portes en juin 2020. Sa popularité a amené le propriétaire à ouvrir un an plus tard La Cave de Mamie pour vendre des vins importés et accueillir les clients pendant qu’ils attendent que leur table soit prête. Le cellier propose donc quelques tapas en plus d’une carte de boissons.

La Boucherie de Mamie, 312 rue Beaubien Est à Montréal :

Mots-clés: 06 Montréal
Ouverture / Rénovation
Traiteur
Restauration

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).