brightness_4
brightness_4
Le média des professionnels de la restauration et de l'hébergement
PUBLICITÉ
 

Le restaurant Chez Gérard ouvre une usine

 
15 juin 2021 | Par Sophie Poisson
Crédit photo: Chez Gérard

« La pandémie a été un accélérateur de projets parce qu’on a eu plus de temps libre », affirme la propriétaire du restaurant Chez Gérard, Amélie St-Hilaire. Après avoir passé un permis de vente au détail, elle a obtenu un permis de transformation et distribution alimentaires et a acheté une petite usine à Saint-Georges, en Beauce-Sartigan, pour augmenter la distribution de ses produits en épicerie.

Chez Gérard existe depuis 1976 à Saint-Georges. Ses produits les plus populaires : quatre variétés de pâtés, une sauce à spaghetti, des gâteaux Joe Louis et une tarte au sirop d’érable, qui sont disponibles depuis plusieurs années à la vente à emporter à l’entrée de son établissement. Avec la pandémie, Amélie St-Hilaire a commencé à les commercialiser dans cinq épiceries de la ville et de Saint-Côme. « Ça a commencé en novembre. La réponse a été vraiment bonne et surprenante. Pour le moment, on produit à même la cuisine du restaurant, mais avec la réouverture de l’établissement c’est vraiment dur de maintenir le volume de production. »

La propriétaire a donc mis la main sur un bâtiment de 4 500 pieds carrés - avec la possibilité d’acheter 2 000 pieds carrés supplémentaires par la suite. Il est en partie adapté, notamment avec des chambres froides et des congélateurs fonctionnels, car l’espace avait déjà abrité des activités de transformation alimentaire. Il doit toutefois être aménagé pour les produits carnés. D’autres travaux sont également nécessaires, comme un agrandissement à l’arrière, la réfection de tous les planchers ou encore l’installation d’équipements de cuisson.

Rejoindre une vingtaine d’épiceries

Pour mener à bien son projet, la restauratrice doit obtenir plusieurs permis auprès du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec. « Un restaurateur n’a pas le droit de vendre en épicerie, il doit avoir un permis de vente au détail et c’est ce que nous avons obtenu pendant la pandémie. On paie alors un permis à chaque épicerie, donc c’est onéreux, mais c’est une bonne façon de tester le marché. Pour le permis de transformation alimentaire, les normes d’hygiène sont beaucoup plus élevées ; par exemple, quand on fait l’assemblage de nos pâtés, on travaille à 10°C et moins, donc il y a un local dédié à la cuisson et un autre à l’assemblage. »

Cette usine de transformation porte le nom d’Héritage transformation alimentaire, et le restaurant deviendra l’un de ses clients. Elle devrait être prête d’ici la fin août, tout comme les nouveaux emballages des produits Chez Gérard, qui incluront notamment les valeurs nutritives et un code-barre. La mise en opération créera huit emplois en emballage, en cuisine, en administration et en livraison.

Pour la première année, la propriétaire espère rejoindre une vingtaine d’épiceries indépendantes situées dans un rayon de 100 km autour de Saint-Georges - ses produits pourraient donc se retrouver sur la Rive-Sud de Québec ou encore à Lac-Mégantic. Elle se dit également ouverte à faire de la sous-traitance pour des restaurateurs et des épiciers ainsi qu’à devenir fournisseur pour des restaurants...

Pour suivre Chez Gérard :

Mots-clés: 12 Chaudière-Appalaches
Équipement
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).