brightness_4
brightness_4
Le média des professionnels de la restauration et de l'hébergement
PUBLICITÉ
 

Le fédéral bannit 6 articles de plastique à usage unique

 
21 juin 2022
Crédit photo: Pexels

Le Canada interdira aux entreprises d’importer ou de fabriquer des sacs en plastique et des contenants à emporter en polystyrène d’ici la fin de cette année, ainsi que leur vente d’ici la fin de 2023 et leur exportation d’ici la fin de 2025.

« Nous estimons qu’une fois en vigueur, le règlement permettra d’éliminer plus de 1,3 million de tonnes de produits plastiques difficiles à recycler des sites d’enfouissement et plus de 22 000 tonnes de pollution plastique qui se retrouve dans notre environnement au cours des 10 prochaines années, a expliqué le ministre fédéral de l’Environnement, Steven Guilbeault. C’est l’équivalent de plus d’un million de sacs à ordures remplis de détritus. »

Seuls six articles en plastique manufacturés spécifiques seront concernés par l’interdiction initiale, après que le gouvernement a déterminé qu’ils étaient difficiles à recycler et qu’ils pouvaient être facilement remplacés. Il s’agit des pailles, des contenants à emporter, des sacs d’épicerie, des couvercles, des bâtonnets à mélanger et des anneaux en plastique utilisés pour maintenir ensemble six canettes ou bouteilles.

Une exception est toutefois prévue pour les pailles destinées aux personnes ayant des besoins spécifiques. « Nous savons qu’il y aura toujours, et qu’il y a certainement encore, une place dans notre société pour les plastiques à usage unique, notamment dans les milieux médicaux », a rappelé le ministre de la Santé Jean-Yves Duclos.

Les données fédérales montrent qu’en 2019, 15,5 milliards de sacs d’épicerie en plastique, 4,5 milliards de couvercles en plastique, 5,8 milliards de pailles, 183 millions d’anneaux maintenant ensemble six canettes ou bouteilles et 805 millions de contenants à emporter ont été vendus au Canada. Les sacs, les contenants à emporter et les pailles font partie des 10 articles les plus fréquemment trouvés lors des nettoyages de berges et de plages au Canada.

Selon une étude réalisée par Deloitte en 2019, moins de 10 % des déchets plastiques produits au Canada sont recyclés. Cela veut donc dire que 3,3 millions de tonnes de plastique sont jetées chaque année, dont près de la moitié sont des emballages.

Période de transition

Questionné à savoir si la liste des produits visés était assez robuste, M. Guilbeault a défendu l’approche du gouvernement libéral. « Je ne crois pas que la solution aux déchets plastiques, c’est le bannissement de toute forme de plastique, a-t-il souligné. Il y a certains produits qu’on bannit, comme ce matin. Une partie de notre stratégie repose aussi sur la réduction de l’utilisation des plastiques et de s’assurer que les plastiques qu’on utilise restent dans l’économie et non pas dans l’environnement. »

La France, qui a interdit l’an dernier la plupart des articles figurant sur la liste du Canada, a commencé cette année à interdire progressivement les emballages en plastique pour plus de 30 fruits et légumes. Elle est également en train d’interdire le plastique non biodégradable des sachets de thé et les jouets en plastique distribués gratuitement aux enfants dans certaines chaînes de restauration rapide. Le ministre Guilbeault a reconnu que le Canada n’est peut-être pas un pionnier en la matière, mais qu’il « fait partie des leaders ».

Bien que le règlement entre en vigueur lundi, les Canadiens verront peut-être encore des plastiques à usage unique circuler pendant quelques mois, a rappelé le ministre Guilbeault, puisqu’il était nécessaire de fournir aux entreprises une période d’adaptation. Les entreprises qui auront besoin d’un soutien financier pour effectuer une transition pourront se tourner vers le gouvernement fédéral, qui a plusieurs programmes d’aide totalisant des centaines de millions de dollars, selon le ministre de l’Environnement.

Certains détaillants ont également agi plus rapidement que le gouvernement. De nombreux établissements de restauration rapide ont déjà remplacé les pailles en plastique par des versions en papier. Cependant, le vice-président aux affaires fédérales de Restaurants Canada, Olivier Bourbeau, a rappelé que le gouvernement doit en faire plus pour s’assurer que des solutions de rechange aux articles interdits seront facilement accessibles.

Il a rappelé que des problèmes de chaîne d’approvisionnement sont en jeu. Il a notamment cité en exemple une chaîne comptant des dizaines de restaurants en Ontario et au Québec qui ne reçoit que la moitié de ses commandes de contenants à emporter sans plastique, et que ces contenants ne peuvent pas porter le logo du restaurant. « Personne ne savait que l’approvisionnement serait aussi difficile », a-t-il affirmé. Il a ajouté que le gouvernement doit travailler avec les fournisseurs pour s’assurer que la production peut répondre à la demande.

Objectif zéro déchet plastique d’ici 2030

La décision d’Ottawa intervient près de trois ans après que le premier ministre Justin Trudeau a promis pour la première fois que son gouvernement éliminerait progressivement la production et l’utilisation d’articles en plastique difficiles à recycler, car il vise l’objectif de zéro déchet plastique d’ici la fin de la décennie. Le premier ministre a d’abord affirmé que l’interdiction entrerait en vigueur en 2021, mais l’évaluation scientifique des plastiques qui était nécessaire pour mettre l’interdiction en marche a été retardée par la pandémie de COVID-19.

À la suite de cette évaluation, qui a été finalisée en octobre 2020, le gouvernement a désigné les plastiques manufacturés comme toxiques en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. Cette désignation était nécessaire avant que des articles puissent être interdits. En mai 2021, une coalition de fabricants de plastiques a poursuivi le gouvernement du Canada pour contrer cette désignation ; l’affaire doit être entendue dans le courant de l’année.

Terre-Neuve-et-Labrador, l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse ont déjà pris leurs propres mesures contre les sacs en plastique, tout comme certaines villes, dont Regina et Montréal.

(avec La Presse Canadienne)

Mots-clés: Canada
Lois, règlements et permis
Développement durable
HRI - Général
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).