Le buffet canadien récompensé lors de la Coupe du monde des traiteurs

 
31 janvier 2017 | Par Pierre-Alain Belpaire

Outre le Bocuse d’Or et le SIRHA, la gourmande ville de Lyon accueillait également, fin janvier, la 5e édition de l’International Catering Cup, le championnat du monde des traiteurs. La Suisse y a décroché une brillante première place, accompagnée, sur le podium, de la France et de Singapour. Le Canada n’a pas démérité, ses représentants se voyant attribuer le prix du plus beau buffet traiteur.

S’ils se sont rencontrés à Montréal, les membres de l’équipe canadienne, Alexandre Pernetta et Bruno Didier-Laurent, sont tous deux issus du nord-est de la France. « Alexandre est arrivé au Canada voici plus de dix ans. Il a travaillé au Cube, avec Eric Gonzalez, à l’Auberge Saint-Gabriel,... Moi, c’est plus récent : j’ai quitté Paris pour Montréal en 2014 », souligne Bruno Didier-Laurent.

Durant un an, les deux hommes travaillent côte à côte dans les coulisses de l’épicerie fine Latina, dans le Mile-End. En attendant de recevoir son permis de résident permanent, Bruno doit rentrer en France. Mais pour « boucler la boucle », il lance un défi à son compère : s’inscrire à la prestigieuse compétition réunissant quelques-uns des meilleurs traiteurs du globe. « Les organisateurs de la Coupe du monde souhaitaient avoir des représentants nord-américains. Mais à part nous, il n’y en avait pas. Nous sommes donc directement passés en finale », sourit le candidat âgé de 23 ans à peine.

Une opportunité en or dont le duo entend profiter au maximum. Dès l’automne 2016, les deux hommes se retrouvent pour créer leur buffet, imaginer les recettes, récolter les avis de collègues et patrons et planifier, dans les moindres détails, cette compétition internationale. « J’ai même décidé de quitter mon travail pour pouvoir m’investir pleinement dans ce projet », précise Bruno Didier-Laurent.

Il faut dire que le défi est grand et des plus complets : chaque équipe participant à la Catering Cup devait, avec l’aide d’un commis (... tiré au sort la veille de l’événement !), produire quatre services pour 16 personnes : une entrée (Royale de foie gras et de canard), un poisson chaud (Truite et cabillaud en croûte de feuilletage et sa quenelle de Saint-Jacques avec sauce au vin blanc), un plat chaud (Trilogie de cochon) et un dessert (Pomme, poire et chocolat). « Au total, on avait une soixantaine de recettes à préparer. Ça fait beaucoup, oui, mais on s’est parfaitement réparti les tâches », se félicite Bruno. Préparation des plats, chargement du camion, nettoyage du « laboratoire », finitions sur place, dressage des assiettes et du buffet, …, durant une vingtaine d’heures, les candidats ont travaillé « dans des conditions plus vraies que nature ».

« Nous étions extrêmement satisfaits du résultat. Et apparemment, cela a plu au jury qui nous a décerné le prix du plus beau buffet traiteur. Ils avaient notamment apprécié l’harmonie des couleurs mais aussi la cohésion des éléments et des contenants personnalisés, faits maison. Au final, on termine même au pied du podium. »

Ravi de l’expérience lyonnaise et des rencontres qu’il y a faites, Bruno Didier-Laurent estime que ce genre de concours met en lumière le métier de charcutier-traiteur, « pas toujours suffisamment médiatisé ». « C’est pourtant une profession très intéressante, dans laquelle on peut pleinement exprimer sa créativité. Le buffet a un potentiel incroyable. J’en suis sûr, il va revenir à la mode. »

Pour suivre l’International Catering Cup :

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).