Le Québec se débranche, c’est l’ère de l’Internet ambiant !

18 juin 2008 - Par Mathieu Ouellet

Il fut un temps où tous voulaient être branchés à Internet, mais cette époque est révolue. Non, ce n’est pas la fin d’Internet. N’ayez crainte, vous aurez le temps de profiter de votre nouveau compte Facebook. Au contraire, nous entrons dans l’ère d’Internet « ambiant ». Les bornes d’accès sans fil au réseau Internet poussent comme des champignons au Québec, faisant le bonheur des propriétaires d’ordinateurs portables, d’iPod Touch et d’autres bidules électroniques munis de dispositifs d’accès réseau sans fil, des clients potentiels pour vous.

Des initiatives dans plusieurs villes québécoises

Que ce soit à Montréal, Québec, Sherbrooke ou Gatineau, il existe des dizaines de bornes d ’accès à Internet sans fil entièrement gratuit dans les places publiques, les restaurants, les salles de spectacles, les bibliothèques, les stades de sport, etc. Oui, c’est gratuit.

Évidemment, on aurait pu attendre que les municipalités se chargent de mettre en place ces infrastructures à la grandeur de leur territoire, mais il ne faut pas rêver. Elles en ont déjà beaucoup sur les épaules... et ne réagissent pas toujours à la vitesse désirée. On n’est jamais mieux servi que par soi-même , c’est ce que se sont dit plusieurs groupes de
bénévoles partout au Québec lorsqu’ils se sont mis à rêver de faire de leurs villes des cités sans fil, des villes où on peut avoir accès à Internet gratuitement sur l ’ensemble du territoire. Comment ? En unissant les efforts des bénévoles et des commerçants afin que tous mettent la main à la pâte.

C’est ainsi que l’organisme sans but lucratif Île sans fil (Montréal) a vu le jour et c’est ce modèle qui a fortement inspiré les projets ZAP Québec, ZAP Sherbrooke et Ottawa-Gatineau WiFi, mis sur pied par et pour les citoyens.

Concrètement, chaque commerçant désirant mettre en place une borne d’accès sans fil à Internet s’engage à acquérir l’équipement nécessaire (par l’entremise de l’organisme) et à partager sa propre connexion Internet au moyen d’une borne qui sera installée par les bénévoles. Plus il y a de commerçants participant au projet, plus il y a de bornes et
plus la couverture est grande. Simple, n’est-ce pas ?

Si la technologie nécessaire existait depuis longtemps, le succès de ces projets est toutefois attribuable à la participation
des commerçants, des municipalités (de plus en plus...) et à l’acharnement des bénévoles. Ceux-ci s’investissent par conviction, les commerçants également, mais aussi parce qu’Internet sans fil est un service de plus en plus en demande par la clientèle. Sur le territoire de l’Île de Montréal, ce sont plus de 60 000 usagers qui se sont inscrits à Île sans fil.

Faire partie du réseau, ça vous intéresse ?

Vous désirez offrir une borne d’Internet sans fil gratuit afin d’en faire profiter citoyens, gens d’affaires et touristes ? Voici les coordonnées des différentes organisations au Québec.

Île Sans Fil, Montréal
www.ilesansfil.org

Zap Québec, Québec
www.zapquebec.org

Zap Sherbrooke, Sherbrooke
www.zapsherbrooke.org

Ottawa-Gatineau WiFi
www.ogwifi.ca

Combien ça coûte ?*

Connexion Internet : Votre connexion Internet commerciale existante fait très bien l’affaire
Matériel : Environ 100 $
Contribution annuelle symbolique : 50 $

*Données de ZAP Québec

Montréal
Premier projet de la sorte au Québec et source d’inspiration pour tous les autres, Île sans fil offre actuellement 148 bornes sur l’Île de Montréal et quelques-unes en périphérie, desservant plus de
60 000 usagers.

Québec
Lancé en 2006, ZAP Québec offre actuellement 77 points d’accès.
Avec la collaboration de la Ville (qui branche espaces publics,
bibliothèques, centres communautaires et arénas) et d’organismes
de développement économique qui financent les opérations, ZAP
Québec accélèrera son déploiement en 2008. Les responsables de
l’organisme espèrent atteindre un objectif de 200 points d’accès
d’ici la fin de l’année.

Sherbrooke
Le proche cousin de ZAP Québec, ZAP Sherbrooke, a connu une progression exceptionnelle. Très rapidement, le projet lancé par le Pôle universitaire a déployé une centaine de bornes. À la suite de l’annonce
de la participation de la Ville au projet en novembre dernier, ce sont une trentaine de bornes supplémentaires qui seront installées dans les endroits publics de la capitale estrienne.

Trois-Rivières
À l’instar des villes mentionnées ci-dessus, Trois-Rivières a également
mis en place des bornes dans son centre-ville. Contrairement aux
autres projets, celui-ci a dès le départ été financé par la Ville
de Trois-Rivières et a été mis en place en collaboration avec une
entreprise privée.

Gatineau
Au moment d’écrire ces lignes, Ottawa-Gatineau Wi-Fi offrait huit points d’accès. Est-ce que les bénévoles réussiront à faire lever le projet comme
l’ont fait ceux de Montréal, de Québec et de Sherbrooke ? À suivre...

Dans cette édition

Poème sur le sourire à afficher dans vos locaux, proposé par l’auteure Monique Lallier
Recettes aux algues
Démystifier les normes d’hygiène et salubrité
WorldHotels
Faire la lumière sur les ampoules fluo-compactes
Les algues, aliments de l’avenir ?
L’accueil à l’hôtel et au restaurant
Satisfaction 101
Le service des glaces et des sorbets
Sept étapes pour attirer une équipe de rêve
Gérer les allergies alimentaires
Terry Faulconbridge
Alimentation : c’est la crise !



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.