Le Fricot : Souvenirs et saveurs des Maritimes

28 mars 2019 - Par Marie-Ève Garon

  • Ouverture officielle : 4 avril 2019
  • Nombre de places assises : 50 + terrasse
  • Propriétaires : Simon Dunn, Antoine Legault, Éric Le François et Alex Lejeune (Drinkerie Ste-Cunégonde)
  • Chef : Alain Gauvin
  • Design : Simon Dunn en collaboration avec l’équipe de design Don Carlo et l’atelier Jacques et Anna

Le Fricot, nouveau venu sur la scène gastronomique montréalaise, débarque dans le quartier Petite-Bourgogne avec une cuisine aux saveurs des Maritimes. « Ce nom fait référence à une soupe que nos grands-mères concoctaient avec des ingrédients simples : poulet, pâtes style "grands-pères", pomme de terre et beaucoup de sarriette », raconte Simon Dunn, copropriétaire de l’enseigne. L’intention derrière ce projet est notamment de redonner leurs lettres de noblesse aux traditions culinaires acadiennes.

Le restaurateur et son chef, Alain Gauvin, tous deux originaires du Nouveau-Brunswick, revisitent ainsi les plats de leur enfance avec la mémoire, le regard et l’expérience des hommes qu’ils sont devenus. « Pour la majorité de nos plats, nous gardons la base et notons tous les ingrédients un à un, puis nous les retravaillons, poursuit Simon Dunn. Il ne s’agit pas de dénaturer complètement les mets traditionnels, mais plutôt de les reconstruire en leur donnant une twist moderne tout en conservant des points de références, tant dans les saveurs que dans le visuel. » Sans vouloir se cantonner dans un style unique, l’équipe s’est tout de même donné une ligne directrice où l’improvisation sera de mise. « Nous aurons quatre à cinq plats de saison sur l’ardoise. » Le finger food et les fruits de mers auront une place de choix sur le menu.

Plonger dans ses racines

Simon Dunn, qui possède déjà dans le local adjacent la Drinkerie Ste-Cunégonde (avec ses associés), souhaitait créer un endroit chaleureux et sans prétention dans lequel festoyer et bien manger. « Ce n’est pas le genre de restaurant où tu entends le bruit des ustensiles ! Il y a de la musique, ça parle fort et on peut rester là pendant des heures… À Montréal, dans notre créneau, ça n’existait pas », précise-t-il. La communauté acadienne risque d’y trouver son compte puisqu’on y sert même, en importation privée, la Lager Alpine, bière classique du Nouveau-Brunswick. « Ce n’est pas la plus grande des bières, mais notre sentiment d’appartenance est puissant. » Ce concept permettra aussi aux Montréalais et aux festifs de tout acabit de découvrir les racines culinaires néo-brunswickoises.

L’atmosphère décontractée a été créée dans le but de donner l’impression que ce lieu existe depuis toujours. « Il y a beaucoup d’objets qui viennent de mon chalet d’enfance, d’autres qu’on a trouvés dans des brocantes. On a fait énormément de recherches pour meubler et décorer l’endroit de sorte qu’on ait l’impression d’être à la fois dans nos souvenirs et dans quelque chose d’actuel. » Le décor semble d’ailleurs avoir trouvé cet équilibre entre le côté brut du casse-croûte de bord de mer et un aspect plus léché notamment grâce aux luminaires, création de Jacques et Anna, jeune entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication de luminaires sur mesure.

Même si d’autres projets bouillonnent dans la tête de Simon Dunn et de ses associés, rien ne peut être dévoilé pour le moment. « Comme j’aime beaucoup les projets uniques, c’est certain qu’il n’est aucunement question de reproduire ce modèle d’affaires. Si je me fie aux conversations qu’on a tous ensemble, d’ici deux ans, nous créerons autre chose, c’est pratiquement certain… »

(Crédit photo : Fannie Laurence)

Le Fricot , 2 661 rue Notre-Dame Ouest, Montréal :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.