Le Coup Monté en mode solution : « Au moins, on se sera battus ! »

 
24 mars 2020 | Par Marie-Ève Garon

Face à la pandémie de Covid-19, Matthieu Bonneau, copropriétaire de l’enseigne Le Coup Monté dont les deux succursales sont situées à Repentigny et à l’Assomption, a rapidement relevé ses manches afin d’adapter son modèle d’affaires à la nouvelle réalité. Loin de se laisser abattre par la crise qui paralyse le monde entier, l’entrepreneur fait tout ce qu’il peut pour continuer de servir sa clientèle qui lui en est fort reconnaissante.

« La première journée où François Legault nous a mis en garde sur les risques de propagation du virus, nous avons tout de suite annoncé qu’on offrait notre fameux tartare de bœuf en take out, raconte Matthieu Bonneau. Comme il s’agit d’un plat très populaire et que c’est facile à apprêter, on savait que ça risquait de fonctionner. » Par la suite, devant le nombre croissant d’annulations et la demande de plus en plus forte pour le prêt-à-manger, le restaurateur et ses partenaires d’affaires ont décidé d’adapter et de restreindre le menu de leurs deux succursales afin qu’il convienne à cette formule.

Entrer en résilience

Lorsque le gouvernement a annoncé sa politique de limiter les activités à 50 % dans les salles à manger des restaurants, les opérations ont été centralisées à Repentigny dans le but de faciliter l’organisation et la logistique. « Avec la fermeture du Théâtre Hector-Charland à l’Assomption et l’annulation de plusieurs spectacles, j’ai rapidement réalisé que le take out fonctionnait moins bien. Nous avons alors fermé cette succursale, mais nous offrons maintenant la livraison pour desservir la clientèle qui se trouve dans cette région. » Ce nouveau service permet également à l’entrepreneur de conserver certains emplois. « Plusieurs de mes serveurs se sont transformés en livreur, en caissier et en téléphoniste. Mon but au final est de conserver certains emplois et de couvrir mes frais fixes. » Jusqu’à maintenant, environ la moitié des employés ont été mis à pied temporairement.

Les menus restreints des deux adresses ont été fusionnés et l’équipe a ajouté certains plats convenant mieux à la réalité actuelle des familles québécoises, au sein desquelles les enfants font désormais partie de l’équation à plein temps. « Nous proposons un plat de doigts de poulet et un mac & cheese. Nous n’aurions jamais fait ça avant, mais la demande est là. » En termes d’approvisionnement, l’entrepreneur a dû faire appel à l’épicier Métro de son quartier et à l’entrepôt d’alimentation Mayrand afin de pallier les manques puisque plusieurs fournisseurs ne s’avéraient pas en mesure de poursuivre les opérations. Le site Web de l’entreprise a par ailleurs été complètement remanié, en l’espace de 24 heures à peine, afin de pouvoir commander et payer en ligne.

Un succès inattendu

Matthieu Bonneau se dit agréablement surpris de la réponse positive de sa clientèle, qui compte maintenant plusieurs nouveaux visages. Même s’il ne peut prévoir l’avenir, le restaurateur croit que l’engouement des derniers jours pour le prêt-à-manger a de bonnes chances de perdurer dans les conditions de confinement actuelles. Les ventes de l’enseigne lanaudoise au cours de cette dernière fin de semaine ont d’ailleurs rivalisé avec les chiffres de la saison régulière. « On a ressenti un véritable mouvement de solidarité. Si les clients n’avaient pas répondu aussi positivement, le découragement se serait assurément installé. Ça nous permet également d’agir localement et de faire notre part ! » L’homme d’affaires reste tout de même conscient que la situation économique de la plupart des gens s’avère actuellement fragilisée. « Dans cette optique, nous créerons sous peu un menu "pour se gâter" et un autre sous vide afin de répondre à tous les budgets. »

Si la tension fut à certains moments palpable entre les partenaires depuis le début de la crise, le restaurateur demeure satisfait de la structure mise en place. « On est à fleur de peau, mais on s’en va tous dans la même direction. Au début, les lignes de téléphone débordaient. Les clients n’arrivaient pas à nous joindre car il y avait trop de demandes en même temps. C’est certain qu’il a fallu s’organiser et s’ajuster ! » L’entrepreneur s’affaire maintenant à réaménager le stationnement dans le but de faciliter la logistique relative aux commandes.

L’infrastructure des établissements ne permet pas à tous les restaurateurs d’emprunter la voie du prêt-à-manger, reconnaît Matthieu Bonneau, mais il encourage ceux qui peuvent le faire à ne pas baisser les bras. Selon lui, il s’agit de voir les choses avec philosophie et de se dire que c’est en quelque sorte comme lancer une nouvelle entreprise, mais en ayant déjà son équipe. « Je crois que, pour l’instant, on doit comprendre que notre gouvernement traverse lui aussi une crise. En toute humilité, j’ai le goût de dire aux restaurateurs : "Ne sois pas mort avant de t’être battu ! Peut-être que ça va mal finir pareil, mais au moins, on se sera battus." En restauration, on est capable de s’adapter, et ça, il ne faut jamais l’oublier ! »

Le Coup Monté est actuellement ouvert du jeudi au dimanche de 17h00 à 20h00.

(Photo fournie par Le Coup Monté)

Pour suivre Le Coup Monté :

Mots-clés: 14 Lanaudière
Restauration

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).