brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Le Club Med, un « centre de vacances » ?

 
7 décembre 2021
Crédit photo: Tourisme-Charlevoix

L’Association hôtellerie Québec (AHQ) juge inacceptable que le Club Med de Charlevoix – l’un des plus grands complexes hôteliers de la province, qui a ouvert le 3 décembre dernier – se classe comme un centre de vacances, se soustrayant ainsi à la perception de la taxe sur l’hébergement. La loi actuelle accorde en effet une exemption à certaines catégories d’établissements d’hébergement comme les campings, les auberges de jeunesse et les centres de vacances.

« L’offre de services du Club Med n’a aucun lien avec la définition d’un centre de vacances, du moins dans l’esprit de la loi qui fait plutôt référence à des camps de vacances pour les jeunes », dénonce par voie de communiqué la présidente-directrice générale de l’AHQ, Véronyque Tremblay. La taxe sur l’hébergement est de 3,5 % du prix de la nuitée et sert à assurer le financement du Fonds de partenariat touristique. « Tous les autres hôteliers du Québec font leur part pour contribuer au développement et à la promotion du tourisme dans leur région. Il s’agit d’une question d’équité et de respect », considère Véronyque Tremblay.

95 millions $ ont ainsi été récoltés chaque année au Québec avant la pandémie grâce à cette taxe. Ils permettent de financer les associations touristiques régionales, qui font valoir les attraits de la région, ainsi que l’Alliance de l’industrie touristique du Québec, qui promeut le Québec comme destination à l’international. « L’approche du Club Med est une gifle à l’ensemble des hôteliers du Québec, ajoute le président du conseil d’administration de l’AHQ, Dany Thibault. L’industrie touristique doit se mobiliser pour mettre fin à ce cirque. Le secteur du tourisme se relève lentement et péniblement de la crise et tous les efforts de promotion devront être mis en œuvre pour repositionner le Québec. » L’AHQ souhaite que la nouvelle loi adoptée cet automne sur l’hébergement touristique puisse rapidement corriger la situation et qu’en attendant, l’esprit de la loi actuelle soit respecté.

« En aucun cas, on ne souhaite s’esquiver, rétorque au Journal de Québec le directeur marketing de la section canadienne du Club Med, Jérémie Hoss. On ne vend pas de chambre seule, on vend des forfaits. Or, la taxe d’hébergement s’applique sur l’hébergement uniquement. » Il ajoute que le Centre de Villégiature Jouvence, près du mont Orford en Estrie, offre le même genre de services et est classifié comme centre de vacances. Jérémie Hoss affirme : « On vient s’implémenter dans la région dans le but d’avoir un impact positif sur l’économie locale, pas pour se soustraire aux lois existantes. »

Mots-clés: 03 Capitale Nationale (Québec)
Lois, règlements et permis
Hôtellerie
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).