Le Centrexpo Cogeco Drummondville par CCM2 et Bilodeau Baril Associés Architectes

14 mars 2016 - Par Marie-Carole Daigle

Vitrage maximal !

Le client voulait un endroit inondé de lumière naturelle. Solution ? Un mur-rideau légèrement translucide. « Il a fallu de nombreux échantillons avant d’arriver au produit final, se rappelle Yan Laplante, architecte de CCM2. Les murs intérieurs ont été quant à eux couverts d’un verre non transparent qui confère au lieu l’éclat recherché. Ce choix de matériau a bien sûr un coût, mais nous avons pu offrir un tel "punch" au décor en gérant de façon serrée certains autres aménagements », signale l’architecte.


Le défi était de taille : initialement, on voulait créer un centre de foires qui serait exploité par la Société de développement économique de Drummondville. Sauf que… le projet de 30 millions de dollars a été transformé, en cours de construction, par l’arrivée d’un nouveau partenaire et l’ajout d’une tour hôtelière de 12 étages. Si cette double vocation bonifiait le projet en y intégrant un élément fort, elle en augmentait incontestablement la complexité.


Suivez la lanterne

Le soir, le bâtiment prend vraiment toute sa place dans le paysage environnant. On voulait qu’il évoque une lanterne qui, dans la nuit, invite le public à venir voir ce qui se passe en ses murs. Son enveloppe transparente et lumineuse permet en effet de voir l’activité qui y fourmille, ainsi que les évènements qui se préparent ou se déroulent à l’intérieur. « Il s’en dégage une énergie attractive », explique Yan Laplante.

Un hall à l’effet « wow » !

Un cocktail dînatoire pour 1 600 personnes ? Un party de Noël de 1 300 invités ? Le majestueux hall de 15 000 pi² vise l’effet « wow ! » Plancher de granit poli noir, murs en verre, style ultra contemporain en noir et blanc… « Ces choix de matériaux vont bien traverser le temps », estime le directeur Martin Dupont. Ce lieu rassembleur regroupant les services publics comme le vestiaire, la billetterie, le bar et même une salle d’allaitement est aussi celui qui répartit l’achalandage dans les salles.

Polyvalence avant tout

La salle d’exposition de 60 000 pi² présente des plafonds d’environ 30 pieds de hauteur et peut recevoir de 300 à 350 kiosques ou stands de 10 pi x 10 pi. Elle comporte trois sections de 20 000 pi², dont l’une peut aussi être divisée en deux.

Les architectes ont pris grand soin de séparer les aires publiques et techniques. Chaque salle peut ainsi être montée en toute discrétion, notamment grâce à une insonorisation soignée. À cela s’ajoute une planification stratégique de l’emplacement des débarcadères et de l’accès aux zones techniques. « On sait que la fonctionnalité optimale, par exemple le temps de montage et de démontage des salles, est un aspect crucial de la rentabilité d’un tel centre, fait remarquer Yan Laplante. On peut donc entrer dans chacune des grandes salles directement du débarcadère, sans traverser la section réservée au public. Nous avons aussi installé au sous-sol un corridor technique qui fait la longueur des salles. Desservi par monte-charge, ce tunnel regroupe toutes les fonctionnalités (électricité, fibre optique, téléphonie, Internet, eau, etc.) et permet d’alimenter chaque stand d’exposition individuellement. Les services sont intégrés à la dalle de béton qui forme le plancher et passent par 48 trappes pouvant chacune desservir six kiosques. »

Et comme une planification doit par définition se faire en fonction de l’avenir, le positionnement du bâtiment sur le terrain, la conception d’un des murs extérieurs et du grand corridor ainsi que l’emplacement du stationnement tiennent compte de la possibilité d’ajout de 60 000 pi² de salles à moyen terme.


Coup de coeur du designer

« Tous nos sous-traitants se sont surpassés dans ce mandat, relate l’architecte Yan Laplante. Je pense notamment au chargé de construction, Decarel. Il reste que le travail impeccable fait par le fabricant de notre mur-rideau, Shalwin, est particulièrement remarquable. Je ne peux qu’applaudir la généreuse collaboration offerte par cette entreprise de Shawinigan et la qualité de sa sérigraphie au fini blanchâtre intégrée au verre. Il a fallu beaucoup d’heures de recherche pour arriver à une telle qualité d’exécution. Shalwin a respecté les délais et n’a pas compté ses efforts pour travailler de concert avec nous afin de rendre dans le verre l’aspect pixellisé que nous recherchions. L’équipe a parfaitement réussi à concrétiser notre idée, qui n’a d’abord été qu’un croquis griffonné sur un bout de papier ! Ce sont des gens qui connaissent leurs produits et leur machinerie, en plus de vraiment savoir où ils s’en vont ! »

shalwin.ca


Fiche technique

  • Type d’établissement : centre d’expositions et de congrès
  • Adresse : 550, rue Saint-Amant, Drummondville
  • Téléphone : 819 477-5880
  • Site Web : centrexpocogeco.ca
  • Propriétaire : Société de développement économique de Drummondville
  • Chef : William L’Heureux
  • Capacité : Banquets : 4 600 / Théâtre : 7 100 / Hall principal : 1 600
  • Superficie : Salles principales : 60 000 pi² / Totale : 87 000 pi² /
    Restaurant : 3 300 pi²
  • Designer : CCM2 et Bilodeau Baril Associés Architectes

Photos : © Dave Tremblay – CCM2

Dans cette édition

Est-ce vraiment la faute d’El Niño ?
On est tous un peu Y
Mathieu Laperle
Emmanuel Renaut
Sirops et arômes à boire
Restauration au Québec
Milléni@ux
Équipements et accessoires de bar
La pomme de terre
L’innovation : un enjeu de l’industrie hôtelière à ne pas négliger !
Les Îles-de-la-Madeleine entre terre & mer
Déléguer : un art à développer
Le point sur les permis d’exploitation et la Loi sur la formation en hygiène et salubrité



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.