LE COMMERCE DE LA RESTAURATION ALIMENTAIRE

La théorie des extrêmes

La connaissance, l’expérience et la créativité sont indispensables pour réussir dans le commerce de la restauration alimentaire.

4 novembre 2010 - Par Christian Latour

Selon les informations contenues dans le rapport produit par l’association des restaurateurs du Québec — Profil et performance de la restauration québécoise, Édition 2010, nous sommes confrontés à une situation désolante :

  • 23,50 % des restaurants ferment leurs portes avant d’avoir fêté leur 1re année d’opération.
  • 44,10 % des restaurants ferment leurs portes avant d’avoir fêté leur 2e année d’opération.
  • 56,40 % des restaurants ferment leurs portes avant d’avoir fêté leur 3e année d’opération.
  • 64,70 % des restaurants ferment leurs portes avant d’avoir fêté leur 4e année d’opération.
  • 70,40 % des restaurants ferment leurs portes avant d’avoir fêté leur 5e année d’opération.
  • 75,50 % des restaurants ferment leurs portes avant d’avoir fêté leur 6e année d’opération.
  • 79,60 % des restaurants ferment leurs portes avant d’avoir fêté leur 7e année d’opération.
  • 82,90 % des restaurants ferment leurs portes avant d’avoir fêté leur 8e année d’opération.
  • 84,70 % des restaurants ferment leurs portes avant d’avoir fêté leur 9e année d’opération.

Ces chiffres font état d’un véritable gâchis ($$$), non seulement pour l’industrie de la restauration, mais également pour l’ensemble de la société québécoise.

Comment pouvons-nous expliquer ce désastre ?

LA THÉORIE DES EXTRÊMES

Les entreprises de restauration qui durent (plus de 10 ans) exploitent un maximum de connaissances spécialisées, en conséquence, elles ont en commun une intervention réussie sur cinq niveaux :

  • Elles anticipent continuellement l’avenir ;
  • Elles planifient tout, tout le temps ;
  • Elles exécutent efficacement ;
  • Elles mesurent tout, tout le temps ;
  • Elles apprennent constamment et s’adaptent en conséquence.

Les entreprises de restauration qui font faillite ou qui ferment leurs portes (avant d’avoir fêté leur dixième anniversaire) exploitent un minimum de connaissances spécialisées, en conséquence, elles ont en commun des faiblesses marquées sur quatre niveaux :

  • Elles anticipent peu ou pas du tout l’avenir ;
  • Elles planifient peu ou pas du tout ;
  • Elles exécutent de façon approximative en improvisant la plupart du temps ;
  • Elles mesurent peu ou pas du tout,
  • Elles semblent incapable d’apprendre et de s’adapter.

La théorie des extrêmes nous montre donc la place indispensable qu’occupe LA CONNAISSANCE, dans le processus de réussite durable des entreprises.

Je répète… La théorie des extrêmes nous montre la place indispensable qu’occupe LA CONNAISSANCE, dans le processus de réussite durable des entreprises.

CONCLUSION

La CONNAISSANCE SPÉCIALISÉE est indispensable pour la réussite en restauration.

MÉDIAGRAPHIE

Manuel de gestion-réflexion / Christian Latour ☺

Pour communiquer avec Christian Latour :

• Sur Facebook : Christian Latour
• Sur Twitter : @Christian Latour
• Sur LinkedIn : Christian Latour MBA, Adm. A.




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.