brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

La réinsertion par la cuisine, une solution à la pénurie de main-d’œuvre

 
27 avril 2021 | Par Delphine Jung
Crédit photo: Cuisine-Atout / Sylviane Robini

Malgré la pandémie, il y aura toujours une pénurie de main-d’œuvre dans le milieu de la restauration. L’entreprise de réinsertion Cuisine-Atout, à Montréal, continue donc d’offrir son programme de formation pour lancer sur le marché du travail de nouveaux apprentis cuisiniers, préposés au comptoir ou encore commis de service.

Cela fait presque 30 ans que l’entreprise, qui a ses locaux dans l’arrondissement du Sud-Ouest de Montréal, forme de futurs aides-cuisiniers. « En 1992, la fermeture du Canal de Lachine et le départ de plusieurs entreprises ont laissé une population adulte avec un taux élevé d’analphabétisation. Les organismes ont alors mis sur place un programme baptisé Alpha Cuisine, dont le but était d’alphabétiser ces adultes en passant par la cuisine », détaille Guy Thibault, le directeur général.

Service traiteur et plats à emporter

En 1995, Alpha Cuisine est devenue une entreprise d’insertion socioprofessionnelle avec un programme qui intègre en alternance les éléments de la formation de base en français et mathématiques et l’apprentissage du métier de cuisinier. Chaque année, Cuisine-Atout forme 6 cohortes composées de 8 à 12 personnes, durant 9 mois. « Ce sont essentiellement des adultes de 18 à 55 ans, qui n’ont pas terminé leurs études secondaires et qui ont peu d’expérience en milieu de travail, mais qui sont à la recherche de solution », indique Guy Thibault, qui travaille à Cuisine-Atout depuis 18 ans.

Ces travailleurs en formation proviennent de différents milieux : ce sont surtout des femmes, des immigrants, des décrocheurs scolaires, des bénéficiaires de l’aide sociale ou de l’assurance-emploi, de chefs de familles monoparentales, etc.

Durant leur formation, ils travaillent pour le service traiteur de Cuisine-Atout pour répondre aussi bien aux besoins de la clientèle du milieu des affaires, entreprises et organismes que de ceux de la clientèle privée, pour des évènements familiaux et autres. Il y avait également un petit café-bistro ; la pandémie a forcé Cuisine-Atout à se réinventer pour continuer à former ses étudiants, et l’entreprise propose désormais des plats frais à emporter.

Prêts à travailler

L’avantage pour les restaurateurs d’embaucher les étudiants de Cuisine-Atout ? Travailler avec des professionnels qui détiennent un certificat de formation d’aide cuisinier, puisque Cuisine-Atout travaille en partenariat avec le Centre de service scolaire Marguerite-Bourgeoys. Tous les étudiants obtiennent en plus une certification de manipulateur d’aliments.

« Au niveau de notre formation, on met aussi l’emphase sur le savoir-être, la qualité de service liée à la restauration comme la ponctualité, la bonne communication ou encore l’esprit d’équipe. Cela répond aux besoins des employeurs », assure Guy Thibault. Aussi, un suivi individuel offre à ces travailleurs la possibilité d’établir des cadres de référence tenant compte de leurs forces et de leurs points à améliorer. Le taux de placement en emploi est en moyenne de 80 %. Certains, à la suite de leur participation au programme, décident même de poursuivre leurs études.

Pour suivre Cuisine-Atout :

Mots-clés: 06 Montréal
Formation
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).