La guerre des « fro-yo » et des crèmes glacées moins grasses

 
17 juillet 2007

La chaleur estivale continue d’être le théâtre de fraîches innovations en matière de desserts glacés. En effet, tandis qu’en Californie, la guerre fait rage entre les établissements servant des populaires « fro-yo, » des entreprises développent des crèmes glacées faibles en gras. La compétition est féroce et même une compagnie canadienne est de la partie. Yogen Früz, qui, selon le L.A. Times, compte ouvrir son premier établissement aux États-Unis, à Los Angeles, mise sur la santé et les propriétés probiotiques de ses produits.

Cette tendance s’inscrit dans une volonté d’inciter les gens qui surveillent leur alimentation à ne pas hésiter à consommer de la crème glacée. D’ailleurs, selon entrepreneur.com, les résultats du sondage 2007 National Ice Cream Month, mené par Impulse Research Corporation, ont démontré que les hommes et les femmes qui sont au régime tricheront d’abord en mangeant de la crème glacée. Ainsi, rapporte le site Internet, on voit apparaître de plus en plus de desserts glacés moins gras, par exemple les sorbets de Gaga’s SherBetter et la crème glacée au lait de chèvre de Laloo’s. Toujours selon entrepreneur.com, la compagnie texane Paciugo suit le mouvement, en créant en outre des saveurs originales telles que pacanes-fromage bleu, de même que des crèmes glacées aux fruits et légumes comme mangue-concombre, banane-betterave et fraise-céleri.

Dans un même ordre d’idées, selon le L.A. Times, de nouveaux établissements se font une compétition féroce autour des « fro-yo, » des desserts glacés faits de yogourt âcre, c’est-à-dire nettement moins sucré que ce que l’on retrouve habituellement sur le marché. Vendus comme étant sains et faibles en gras, les « fro-yo, » nature ou à saveur de thé vert, sont rendus attrayants par une myriade de garnitures comme des fruits et des noix. L.A. Times souligne que derrière le phénomène Pinkberry, une chaîne comptant déjà une vingtaine d’établissements en Californie, de nombreuses autres compagnies comme Red Mango, IceKiss, Snowberry, IceBerry, Menchie’s, Berri Good et Kiwiberri, espèrent profiter de cette tendance pour se réserver une part de ce marché en expansion.

Selon le journal californien, à Los Angeles, il est en effet branché d’aller partager un de ces dispendieux desserts dans ces établissements qui ressemblent plus à des cafés à la mode qu’à des bars laitiers. Faisant même concurrence aux grandes compagnies de café, ces spécialistes des « fro-yo, » toutes d’origine sud-coréenne, font même l’envie de Starbucks qui, note le L.A. Times, songe à adhérer également à cette tendance.

Au Québec, quelques établissements suivent déjà le mouvement vers des produits moins gras. Par exemple, la chocolaterie Érico, sise à Québec, propose des produits sans gras et même sans lactose, comme le tofu glacé au chocolat noir en plus d’offrir une gamme de crèmes glacées aux fleurs d’hibiscus, de même qu’au thé noir, dattes et épices.

Selon Statistique Canada, les Canadiens consomment environ 330 millions de litres de crème glacée chaque année, ce qui représente 9,7 litres par habitant. Les Québécois sont cependant ceux qui en consomment le moins, avec 0,27 litres par semaine par ménage.

Sur la photo, on peut voir la crème glacée à l’italienne de Paciugo à saveur de fruits et légumes.

Mots-clés: États-Unis
Tendances
Aliments et boissons
Nutrition

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).