La forêt boréale, un formidable garde-manger encore méconnu

11 juillet 2019 - Par Marie-Ève Garon

Le dimanche 21 juillet prochain, la Forêt Montmorency sera l’hôte d’une journée d’échanges et de découvertes de la gastronomie forestière boréale. Pour l’occasion, l’auteure et artiste culinaire originaire du Yukon, Michele Genest, présentera une conférence interactive afin de partager ses connaissances et son savoir-faire sur le sujet. L’auteure, dont l’ouvrage The Boreal Gourmet, Adventures in Northern Cooking s’est déjà mérité la médaille d’argent au concours Lauréats des saveurs du Canada, y abordera trois thèmes principaux en lien avec les produits de la forêt boréale : découverte, approvisionnement/conservation et utilisation.

Michele Genest estime que les chefs québécois possèdent assurément une longueur d’avance sur ceux des autres provinces canadiennes en ce qui concerne la provenance, l’approvisionnement et l’utilisation judicieuse des produits nordiques. Par contre, elle croit aussi qu’un travail d’éducation continu est primordial afin que ces richesses ne soient pas réservées uniquement aux restaurants servant une cuisine de type boréal.

« Je remarque que plusieurs chefs et cuisiniers demeurent intimidés par ces produits, tant au niveau de l’approvisionnement que de la manière de les apprêter, mentionne Michele Genest. J’aimerais les amener à utiliser davantage les richesses de nos forêts, ne serait-ce qu’avec parcimonie pour faire des garnitures ou des bouillons, par exemple. » Elle reste toutefois consciente que la méconnaissance des produits, certaines difficultés liées à l’approvisionnement et les coûts parfois élevés demeurent un frein pour plusieurs d’entre eux.

La richesse au menu

La conférencière note par ailleurs que les produits sauvages sont liés directement au passé et à l’histoire d’une région et qu’ils représentent sans conteste une valeur ajoutée sur un menu. « On n’a pas besoin d’exploiter énormément un produit pour en raconter l’histoire. Je crois qu’on n’a pas encore totalement pris l’habitude de les utiliser juste assez pour pouvoir en parler ou simplement susciter la curiosité chez la clientèle qui, de façon générale, s’intéresse à la provenance de ces produits. »

Michele Genest reconnaît que le temps représente une denrée rare chez les chefs et les cuisiniers qui n’ont pas toujours l’occasion de découvrir les trésors de la forêt. « Cette journée de conférences leur permettra justement d’aller droit au but. On s’adresse aussi à la population en général car ce qu’on souhaite ultimement, c’est que les gens puissent les cuisiner à la maison et qu’ils veulent en retrouver sur les menus des restaurants. » Selon l’auteure et artiste culinaire, l’un des principaux enjeux demeure la conservation. « Il faut non seulement éduquer les chefs, les cuisiniers et la population à reconnaître les produits, mais aussi à anticiper la quantité requise pour la réalisation de leurs plats. Il suffit parfois d’en limiter la quantité et d’avoir simplement accès aux arômes et aux saveurs. »

Exploiter les produits boréaux est, en outre, une excellente manière de prendre soin et de conserver les richesses de la planète. « Je souhaite que cette journée permette à chacun d’apprendre à utiliser cette nourriture de façon adéquate et respectueuse afin de la mettre en valeur et d’éviter ainsi un gaspillage qui serait au final néfaste pour l’environnement. »

Renseignements sur les différentes conférences et inscriptions :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.