LE COMMERCE DE LA ESTAURATION ALIMENTAIRE

La design attitude

17 novembre 2019 - Par Christian Latour

« Le design est une attitude. » — Frédéric Metz (2012, p. 11)

La design attitude est une démarche de questionnement continu qui tient une place centrale dans tous les métiers du design.

« Dans le monde du design, les prototypes ont effectivement une fonction de visualisation et de test préalablement à la mise en œuvre. Mais ils jouent également un autre rôle très important : celui d’outils de questionnement. Ils accompagnent la réflexion et l’exploration de nouvelles possibilités. Ils aident à mieux comprendre ce qui pourrait être. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2011, p. 164)

« Ses attributs sont la volonté d’explorer des idées sommaires, de les rejeter rapidement, puis de prendre le temps d’examiner plusieurs options avant de choisir d’en perfectionner quelques-unes — et accepter l’incertitude jusqu’à ce qu’une direction se précise. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2011, p. 164)

« La design attitude exige de ne plus chercher à prendre des décisions, mais de créer des options parmi lesquelles on choisira. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2011, p. 164)

« Dans un environnement marqué comme le nôtre par l’ambiguïté et l’incertitude, la démarche analytique seule ne peut suffire. C’est en explorant de multiples possibilités, en particulier sous la forme de prototypes, que l’on peut espérer concevoir un nouveau modèle économique gagnant. Cette démarche suppose des allers-retours constants entre l’étude de marché, l’analyse, le prototypage et la génération d’idées. Le design attitude est beaucoup moins linéaire que l’approche décisionnelle traditionnelle qui se concentre sur l’analyse, la décision et l’optimisation. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2011, p. 246)

« La design attitude est beaucoup moins linéaire que l’approche décisionnelle traditionnelle qui se concentre sur l’analyse, la décision et l’optimisation. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2011, p. 246)

DONNER FORME À VOS IDÉES

« Le design est l’activité qui va vous permettre de transformer vos idées en prototype de proposition de valeur. C’est un cycle continu : prototyper, étudier les clients et reformuler vos idées. Le design peut débuter par le prototypage ou l’exploration des clients. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

« Le design peut débuter par le prototypage ou l’exploration des clients. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

Un cycle continu pour transformer vos idées en prototype de proposition de valeur :

  • Prototypez les possibilités (à partir des hypothèses que vous avez formulé)
  • Étudiez / comprenez les clients (apprenez méthodiquement tout ce que vous pouvez apprendre)
  • Reformulez vos idées (en considérant ce que vous avez appris, en améliorant vos hypothèses ou en les reformulant complètement)

Idées, points de départ et informations

« L’idée de départ d’une nouvelle proposition de valeur ou de l’amélioration d’une proposition de valeur peut venir de n’importe où. De ce que vous avez découvert sur vos clients de l’exploration de prototype ou de nombreuses autres sources. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

« Veillez à ne pas tomber amoureux de vos premières idées parce qu’elles changeront du tout au tout au cours du prototypage, des recherches sur les clients et du processus de test. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

Prototyper les possibilités

« Donner forme à vos idées avec des prototypes rapides, bon marché et rudimentaires. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

« Ne faites pas de choix hâtifs. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

« Ne figer pas vos prototypes afin de rester libre de pouvoir en explorer les possibilités, y renoncer et trouver les meilleures, ceux qui survivront à un processus de test rigoureux avec les clients. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

Comprendre les clients

« Nourrissez vos idées et vos prototypes en engageants le plus tôt possible les recherches sur les clients. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

« Épluchez les données disponibles, discutez avec les clients et immergez-vous dans leur monde. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

« Ne montrez pas trop tôt aux clients vos prototypes de propositions de valeur. Appuyez-vous sur des recherches précoces pour comprendre les aspirations, les problèmes et les bénéfices recherchés par vos clients. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

« Mettez au jour ce qui compte réellement peur eux afin de prototyper des propositions de valeur susceptibles de survivre à des tests rigoureux avec les clients. » — Osterwalder, Pigneur et al. (2015, p. 70)

« Partir des besoins clients et collaborateurs est le premier facteur de réussite de la démarche Design Thinking. » — Stéphane Biso et Marjorie Le Naour (2017, p. 33)

Faire des allers-retours entre les idées et les tests

« Avoir une démarche Design Thinking, c’est accepter de se tromper, de revenir en arrière, de faire des allers-retours entre les idées et les tests, de rebondir… » — Stéphane Biso et Marjorie Le Naour (2017, p. 54)

À lire attentivement [1]

MÉDIAGRAPHIE

Manuel de gestion-réflexion / Christian Latour ☺

Pour communiquer avec Christian Latour :

• Sur Facebook : Christian Latour
• Sur Twitter : @Christian Latour
• Sur LinkedIn : Christian Latour, MBA

La première version de ce texte a été mise en ligne le 9 février 2019.

Notes

[1L’attention est déterminante dans la façon dont nous exécutons n’importe quelle tâche.




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.