La définition de sécurité alimentaire en évolution

 
11 février 2016

Récemment, un sondage a été réalisé auprès de 5 000 Américains, les questionnant au sujet de leurs décisions d’achat de produits alimentaires. Les résultats présentés dans le magazine Food Safety News montrent l’évolution des attitudes de nos voisins du sud au sujet de la sécurité alimentaire.

Les gens veulent toujours des aliments sans toxines ni agents pathogènes, mais ils veulent également plus de transparence de la part des producteurs et des détaillants à ce propos, selon le sondage « 2015 Food Value Equation » de Deloitte Consulting LLP.

La firme Deloitte a réalisé ce sondage en partenariat avec la Food Marketing Institute (FMI) et la Grocery Manufacturers Association (GMA). En plus des 5 000 consommateurs questionnés, les chercheurs ont aussi interviewé les dirigeants de plus de 40 compagnies distributrices et manufacturières.

« Les entreprises doivent élargir leur définition de la sécurité afin de mieux gérer et satisfaire les attentes toujours plus nombreuses des consommateurs », ont conclu les chercheurs.

Le résumé de l’enquête affirme que les consommateurs veulent de la responsabilité et de la transparence dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Mais les détaillants sont de plus en plus tenus responsables en ce qui concerne les attentes en matière de sécurité alimentaire des consommateurs.

« Les questions de sécurité restent importantes pour les consommateurs, mais le fardeau de répondre à la plupart des attentes des consommateurs repose sur les fabricants, notamment pour fournir un étiquetage clair et précis. Par contre, les consommateurs s’attendent également à ce que les détaillants participent : Selon une étude FMI, 42 % des acheteurs en 2014 ont déclaré qu’ils comptent sur les détaillants pour assumer un plus grand rôle dans la gestion de la sécurité alimentaire, contre 25 % en 2009 », toujours selon le rapport de recherche Deloitte.

La définition de la sécurité alimentaire des consommateurs suit les tendances établies à certains égards : les deux tiers des participants à l’enquête (62 %) disent qu’ils s’attendent à ce que leur nourriture soit « exempte d’éléments nocifs ». Mais d’autres problèmes de sécurité alimentaire telle que la traçabilité gagnent du terrain selon les participants au sondage :

  • 51 % veulent un étiquetage « clair et précis » ;
  • 47 % veulent une information claire sur les ingrédients et l’approvisionnement ;
  • 42 % veulent moins d’ingrédients dans chaque produit alimentaire, aucun ingrédient « artificiel » et moins de transformation ; et
  • 41 % veulent connaître le contenu nutritionnel des aliments.

Selon le sondage : « pour le consommateur, la définition de sécurité va au-delà de la vision étroite de l’industrie à ce sujet ».

« La sécurité n’est plus strictement définie en fonction des risques à court terme. Lorsqu’on leur a présenté une définition de la nourriture et des boissons saines comme « celles qui ne poseront pas de dommage physique immédiat », près de 7 % des répondants ne sont pas du tout en accord avec cette définition. Un autre 15 % est en désaccord avec une partie de la définition, et plus de 52 % sont d’accord, mais pensent que quelque chose est encore absent de la définition.

Les chercheurs ont constaté que les prestations de santé et de bien-être à long terme (par exemple, si un aliment est exempt de substances cancérigènes) s’ajoutent maintenant aux traditionnelles préoccupations de sécurité alimentaire à court terme des consommateurs à propos des germes (pathogènes).

« Mais cela ne signifie pas que les consommateurs ne sont plus préoccupés par les mesures plus communes et courantes de sûreté à court terme », indique le rapport.

Comme les consommateurs sont conscients des écarts qui se creusent par rapport à leur nouvelle définition de la sécurité alimentaire, ils vont probablement augmenter leurs préoccupations face aux fabricants à ce sujet. Les entreprises se basant sur l’ancienne définition de la sécurité alimentaire ressentiront probablement une pression continue pour répondre aux préoccupations des consommateurs quant à leurs besoins à long terme.


Source : Deloitte

Traduction libre par Florence Lamontagne

Pour lire l’article original

Mots-clés: États-Unis
Aliments et boissons
Gestion de la qualité
Revue de presse

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).