L’industrie touristique de Québec se mobilise contre l’abolition du programme de remboursements des taxes aux touristes

2 mars 2007 - Par Caroline Rodgers

Plusieurs intervenants et travailleurs de l’industrie touristique de la région de Québec étaient présents lors d’une conférence de presse qui se tenait le 2 mars dernier à Québec, pour dénoncer la décision du gouvernement fédéral d’abolir le Programme de remboursement aux visiteurs (PRV) à compter du 1er avril 2007. Le PRV permet aux visiteurs internationaux d’obtenir un remboursement de la taxe sur les produits et services (TPS) et de la taxe de vente harmonisée (TVH) qu’ils paient sur l’hébergement et les produits qu’ils ramènent chez eux.

Selon Pierre Labrie, directeur de l’Office de tourisme de Québec (OTQ), un potentiel de 160 millions de dollars de dépenses touristiques risque d’être perdu si le gouvernement fédéral maintient sa décision. C’est pourquoi l’industrie canadienne du tourisme s’est mobilisée et a formé une coalition pour contrer l’abolition du PRV. La conférence de Québec était donc la sixième d’une série qui a commencé dans l’Ouest du Canada à l’instigation de l’Association de l’industrie touristique du Canada (AITC).

Pour l’industrie touristique de la région de Québec, déjà touchée par la hausse du dollar canadien, les mesures de sécurité suivant le 11 septembre 2001 et la confusion autour des nouvelles exigences américaines concernant le passeport, l’abolition du PRV pourrait avoir un effet très néfaste et entraîner des pertes d’emplois. En effet, si, de façon individuelle, ce sont seulement 3 % des touristes qui se prévalent du programme en demandant le remboursement des taxes, pour les congrès et les grossistes, les acheteurs sont exemptés de la taxe directement lors de la vente.

« On ne peut pas se permettre de perdre cet argument de vente, c’est notre seul outil contre nos compétiteurs », pense Jessica Martin, directrice des ventes et du service à la clientèle au Centre des congrès de Québec. Elle mentionne que 29 congrès américains et internationaux attendus à Québec verront leur budget augmenter de 6 % à la suite de la décision du gouvernement. Son inquiétude est partagée par Pierre D. Tremblay, de Global Tourisme International, qui vend des forfaits à des voyagistes importants partout dans le monde. Selon lui, l’abolition du PRV obligera son entreprise à ajuster de 3 % les prix de ses forfaits, une augmentation difficile à justifier auprès de sa clientèle qui risque de se tourner vers d’autres pays.

Les représentants de l’industrie touristique de Québec lancent un appel à l’action et demandent aux travailleurs et entreprises de ce secteur de signer une pétition mise en ligne par l’AITC.

Pour signer la pétition

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.