L’entraînement à la tâche : Un levier de mobilisation et de performance

12 juin 2019

Dans l’industrie touristique, la fin du printemps marque un moment crucial en matière de recrutement de personnel, d’accueil, d’intégration et aussi d’entraînement à la tâche. Il n’y a là rien de bien étonnant, puisque la haute saison est à nos portes. Mais qu’est-ce qu’un bon entraînement à la tâche ?

La structure : la clé de la réussite

Plus l’entraînement à la tâche est structuré, plus il est efficace et rentable. C’est pourquoi il s’avère nécessaire de concevoir une grille d’entraînement à la tâche qui comprend toutes les tâches que le nouvel employé devra accomplir dans ses fonctions. Il s’agit en quelque sorte d’un plan de formation.

Lors de la première journée de travail d’un employé, son supérieur immédiat doit prendre le temps de le rencontrer pour lui expliquer ce que l’on attend de lui (tâches, responsabilités et comportement) et lui présenter le plan d’entraînement à la tâche. C’est le moment idéal pour lui demander s’il a des questions, des inquiétudes ou des attentes particulières. Par la suite, un employé d’expérience et de confiance (moniteur) prend la relève.

Au cours de l’entraînement, le moniteur doit préciser si la tâche (ou la compétence) est « acquise », « à acquérir » ou « à développer ». Cela permet à l’employé de comparer sa progression avec les attentes exprimées à son arrivée.

Pour que l’entraînement se déroule dans un climat de confiance et de collaboration, l’ouverture et la transparence sont indispensables. Par exemple, si l’employé adopte un comportement qui ne correspond pas aux normes de l’organisation, son moniteur doit le lui signaler immédiatement et l’aider à le modifier. Il ne faut jamais laisser traîner les choses, sinon la situation peut se dégrader.

Rappelons que l’entraînement à la tâche est tout aussi important pour le jeune adulte que pour le travailleur expérimenté qui se joint à l’équipe et à l’entreprise. Bien sûr, la formation durera sûrement moins longtemps dans le cas, par exemple, d’un cuisinier qui cumule 15 ans d’expérience que dans celui d’un nouveau diplômé. Chacun doit néanmoins faire l’acquisition des valeurs, des normes de service et des façons de faire de l’entreprise qu’il intègre.

Le rôle de supervision

L’entraînement à la tâche est-il effectué par les pairs dans votre entreprise ? Sachez que les supérieurs immédiats y ont tout de même un rôle de premier plan à jouer. À la fin de l’entraînement, le moniteur doit passer le relais afin que le gestionnaire soit informé non seulement des compétences maîtrisées, mais aussi des éléments qui restent à peaufiner pour que les bienfaits de l’entraînement à la tâche perdurent.

De plus, ce n’est pas parce que l’entraînement à la tâche est terminé que le nouvel employé maîtrise à 100 % ce que l’on attend de lui. C’est donc au supérieur immédiat d’assurer un suivi et la poursuite de l’apprentissage. Comment ? En réexpliquant certaines consignes, en enseignant à nouveau une technique donnée ou en proposant de la formation continue.

D’ailleurs, la formation continue relève également de la responsabilité du supérieur immédiat. Ce dernier a la responsabilité de définir les besoins en formation des membres de son équipe et de leur offrir les ressources nécessaires.

Autonomie et performance collective

On reste en bonne forme physique en faisant de l’exercice régulièrement. Appliquez ce principe à la formation continue et vous aurez des employés mobilisés et performants.

La formation continue ne signifie pas nécessairement une formation traditionnelle en classe. Il peut s’agir de tenir des réunions en petits groupes afin que les membres du personnel échangent sur des problèmes vécus avec la clientèle et trouvent des solutions. Certains travailleurs peuvent aussi assister à un webinaire portant sur un thème précis (service à la clientèle, ergonomie au travail, nouvelle tendance culinaire, etc.), puis agir comme agents multiplicateurs auprès de leurs collègues. Enfin, la réalisation d’un projet collectif constitue une autre activité qui s’inscrit dans une approche de perfectionnement continu.

Dans le contexte actuel où la main-d’oeuvre est rare et plutôt volatile, offrir un entraînement à la tâche et de la formation continue de qualité fera de vous un employeur de choix, reconnu pour ses bonnes pratiques en matière de ressources humaines. Il va sans dire que cela constitue un puissant moteur de mobilisation et de rendement. Et tout le monde, tant les travailleurs que les employeurs, y gagne.

Dans cette édition




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.