brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

L’Association des établissements de longue durée privés demande des mesures au gouvernement

 
1er octobre 2021
Crédit photo: Congerdesign / Pixabay

Trois CHSLD privés ont annoncé débuter une démarche d’harmonisation vers un éventuel conventionnement. Pour l’Association des établissements de longue durée privés du Québec (AELDPQ), qui regroupe les CHSLD privés non conventionnés, c’est « le signal annonciateur que le gouvernement est enfin prêt à mettre en place les conditions nécessaires pour que les résidents hébergés dans les CHSLD privés puissent recevoir la même qualité, la même continuité et la même sécurité de soins et de services auxquelles ils ont droit, à l’instar de ceux qui sont hébergés dans les CHSLD publics et privés conventionnés », a-t-telle indiqué dans un communiqué.

Depuis février 2019, l’AELDPQ dénonce le sous-financement des établissements privés non-conventionnés dans le cadre des ententes de services avec les CISSS/CIUSSS. Lors du dépôt du budget provincial de 2019, une somme de 30M$ était en effet prévue pour les CHSLD privés non-conventionnés, financement qui n’a pas encore été octroyé.

« Au-delà de ces trois sites pilotes, le gouvernement doit mettre en place rapidement des mesures de soutien financier pour l’ensemble des autres CHSLD privés non-conventionnés », affirme l’AELDPQ dans un communiqué. L’objectif visé est de s’assurer que ces derniers puissent maintenir la qualité de soins et services à la clientèle, en attendant le conventionnement qui devrait débuter en avril 2022 et s’échelonnera sur plusieurs mois pour vingt 20 CHSLD privés - il en existe 40 en tout.

L’AELDPQ demande que le gouvernement mette en place des mesures qui permettront de stabiliser et d’augmenter les équipes de travail dans les CHSLD privés, qui hébergent 3500 résidents, et ce avant la levée de l’urgence sanitaire.

Parmi ces mesures, il est notamment question de financer les salaires des employés pour réduire l’écart avec ceux des employés du réseau conventionné ; de favoriser le maintien à l’emploi du personnel en soins infirmiers ; d’augmenter les ratios d’employés pour équilibrer leur tâche comme dans les CHSLD conventionnés ; de financer l’écart entre le salaire de l’employé et le taux de l’agence lorsqu’il est nécessaire de recourir à une agence de placement, et de prendre en considération les CHSLD privés en tant que partenaires et futurs CHSLD privés conventionnés dans la mise en place de programmes, mesures et rehaussement de budgets pour éviter de creuser l’écart entre eux et les CHSLD conventionnés.

L’AELDPQ a en outre réitéré sa demande de participer au déploiement optimal de la démarche qui mènera éventuellement au conventionnement. « Nous sommes convaincus qu’ensemble nous réussirons à implanter rapidement et de façon uniforme, la qualité de soins et services aux personnes hébergées dans tous les CHSLD privés », a conclut l’association dans son communiqué.

Mots-clés: Québec (province)
Rémunération / Salaires
Services institutionnels
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).