L’ARQ réclame la levée du moratoire sur le Programme des travailleurs étrangers temporaires

2 mai 2014 - Par Ginette Poulin

Suite à l’annonce faite le 24 avril dernier par le ministre de l’Emploi et du Développement social, Jason Kenney, l’Association des restaurateurs du Québec (ARQ) demande au premier ministre du Canada, Stephen Harper, de redonner aux entreprises du secteur de la restauration l’accès au Programme des travailleurs étrangers temporaires, et ce, sans délai.

Dans une lettre ouverte envoyée le 30 avril dernier, le vice-président aux affaires publiques et gouvernementales de l’ARQ, François Meunier, indique que même s’il est tout à fait légitime que le gouvernement veuille enquêter sur l’utilisation abusive de ce programme par certains employeurs, il est inacceptable et injuste que tous les restaurateurs du Canada soient pénalisés par cette suspension, surtout à l’approche de la haute saison touristique.

« Les problématiques de main-d’œuvre dans le secteur de la restauration sont un enjeu de taille depuis de nombreuses années et le seront encore au cours de la prochaine décennie, indique M. Meunier. Les restaurateurs du Québec privilégient bien entendu l’embauche de Canadiens, mais pour différentes raisons, ils n’arrivent pas à le faire dans 100 % des cas. Les gestionnaires de la restauration doivent pouvoir compter sur un programme comme celui des travailleurs étrangers temporaires pour assurer leur croissance et parfois même leur survie. »

Rappelons que le gouvernement fédéral a imposé le moratoire suite à de nombreuses allégations concernant l’utilisation abusive du Programme des travailleurs étrangers temporaires. En effet, les restaurants Jungle Jim’s, Greco Pizza et Captain Sub, situés au Labrador, ainsi que The Boathouse Restaurant, en Ontario, et trois succursales de la chaîne McDonald’s, en Colombie-Britannique, font actuellement l’objet d’une enquête pour avoir supposément congédiés des employés canadiens pour les remplacer par des travailleurs étrangers.

« Le gouvernement a été clair : le Programme des travailleurs étrangers temporaires ne doit être utilisé qu’en dernier recours lorsqu’on ne trouve pas de travailleurs canadiens pour les emplois offerts, souligne le ministre de l’Emploi et du Développement social, Jason Kenney, dans son communiqué du 24 avril. On ne tolérera pas l’utilisation abusive du programme. Ceux qui auront menti à propos des efforts déployés pour engager des Canadiens pourraient faire l’objet de poursuites judiciaires pouvant se solder par des amendes ou des peines de prison. »

Pour suivre l’ARQ :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.