brightness_4
keyboard_arrow_up
 
Point de vue

Protectionnisme globavore

 
15 mars 2021 | Par Robert Dion

Plus que jamais, le local a la cote. Que ce soit les ingrédients, les plats au menu, les boissons, les emballages ou encore les meubles et accessoires, tout doit être pensé et recherché pour encourager le « Fait au Québec ».

Si les ingrédients sont d’ici, le goût, le décor et le concept doivent refléter l’exotisme et mener au dépaysement. La clientèle veut certes du produit québécois, mais avec une inspiration mondiale. Peu importe comment vous interprétez le « local », vous devez dire que vous achetez québécois, le faire savoir dans sles moindres détails. N’ayez pas peur de nommer les fournisseurs locaux ou les artisans qui sont derrière les plats. Vous remplacez un ingrédient parce qu’il n’est pas disponible en cette saison ? Dites-le !

L’idée n’est pas de faire le procès des produits d’ailleurs - en fait, tout ne se trouve pas au Québec -, mais bien de se poser les bonnes questions afin d’être conséquent sur le plan de l’offre locale. J’ai voyagé dans plusieurs pays en compagnie d’hôteliers et de restaurateurs pour découvrir qu’on peut adapter beaucoup de choses à la saveur d’ici. Comme je le dis souvent : rien ne s’invente, tout se réinvente !

Pour avoir une saveur locale, il faut plus que du contreplaqué et du vieux fer, des mots en joual ou des plats de cabane à sucre. Maintenant, il est temps d’être raffiné et de créer une identité qui va au-delà du smoked meat style Montréal et la poutine. Le Québec a tant à offrir...

Robert Dion, éditeur
[email protected]

 
 
Billet de la rédaction

Jouer dehors

 
17 mars 2021 | Par Marie Pâris

Chers lecteurs,

Si le printemps qui arrive est chaque année synonyme de liberté et d’extérieur, il l’est cette fois plus que jamais. Après un an de pandémie et de longs mois d’hiver confinés, voici venu le temps de jouer dehors ! Certes, le virus est encore présent, mais la distanciation sera plus facile et agréable à l’air libre, sous le soleil.

Ce printemps, on réapprivoise l’extérieur. Des hôtels ouvrent à la journée l’accès à leurs sites extérieurs, d’autres proposent les leurs aux visiteurs pour camper, tandis que les résidences investissent leurs espaces verts. Les camions de cuisine de rue prennent la route, et les restaurants vont sortir les terrasses et les équiper spécialement - car on veut manger dehors, mais au chaud !

Le design s’y met aussi. En pensant l’intérieur des nouveaux établissements qui émergeront après la pandémie, les professionnels optent désormais pour des espaces plus grands et plus aérés : on veut de l’air, dehors comme dedans.

Le printemps, c’est aussi le temps des sucres. L’occasion pour nous de (re)découvrir le sirop d’érable, emblème du terroir québécois qui reprend actuellement ses lettres de noblesse. On vous emmène donc jouer dans la neige des érablières, qui reprennent vie après l’hibernation.

Bref, si le syndrome de l’enfermement nous a pris avec la pandémie, ce printemps nous ramène à l’air libre ! Et alors que je fais mon entrée officielle dans la joyeuse équipe de HRImag, je vous propose de sortir et de respirer un grand coup...

Bonne lecture !

Marie Pâris, rédactrice en chef
[email protected]

 
f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).